Efforts du lundi-OL-OM : la grande honte du football français


VS’Certainement une goutte d’eau qui a brisé le dos du chameau. Nous avons franchi une nouvelle étape au Groupama Stadium dimanche soir après de nombreux incidents qui ont mis à mal la dynamique passionnante de la Ligue 1. Dimitri Payet, victime d’une bouteille lancée dans la tête dès la deuxième minute de Lyon-Marseille, n’a pas pu reprendre. Très vite, le responsable de l’attentat est interpellé, mais les conséquences de cet événement montrent bien combien les acteurs du football français restent divisés.

Réagissez partout, aucune responsabilité nulle part

L’agence est là pour protéger les joueurs et met tout en œuvre pour que le match se déroule dans des conditions de sécurité idéales. Cependant, l’absence de filet de sécurité soulève des questions. Après l’évacuation de Dimitri Payet et des joueurs, l’ambiguïté était considérable. Tout d’abord, l’annonceur du stade a annoncé que le match allait reprendre. Finalement, près d’une heure et 45 minutes après la pause, le match a été complètement arrêté. La fausse communication de voir la ligue professionnelle de football et le gouverneur se blâmer, voire l’anxiété, a donné l’impression d’un manque de clarté.

L’immense terrain de jeu ne faisait que commencer. Ensuite, le protagoniste de cette étrange nuit s’est relayé pour livrer différentes versions sur le microphone d’Amazon Prime. Ruddy Buquet, l’arbitre de la rencontre, a affirmé que sa “décision n’était pas toujours de reprendre le match”, et Jean-Michel Auras a évoqué un autre scénario. Dès lors, la présidente du bureau dame a souhaité que l’arbitre continue le match en premier, quelles que soient la situation ou les circonstances finales, avant d’être affecté par la réaction féroce de Marseille qui ne voulait tout simplement pas reprendre. Ambiguïté maintenue qui aide le jeu et ne respecte pas League One. Tout le monde a le sentiment profond de voir son magasin et ses intérêts protégés.

Lire à nouveauOL-OM : la colère noire de Jean Michel Auras sur RMC

La dame de bureau aurait dû être solidaire de Peyer et de Marseille

Dimitri Payet venait d’être attaqué, mais les deux équipes devraient être ensemble. Montrer qu’il est possible de s’unir comme dans le cas PSG-Basaksehill en Ligue des champions il y a un an. c’est simple. Le joueur de l’OL aurait dû refuser de reprendre. Que les joueurs lyonnais soient conscients, sauf pour annoncer la reprise du match, entamer un nouvel échauffement, et demander à Marseille de jouer comme Bruno Guimaran l’a fait dans le couloir du Groupma Stadium.

Lire à nouveau XV de France, League One, Tennis : ce qu’il faut retenir d’un week-end sportif

Ce sentiment de gâchis général est d’autant plus décevant que cette Ligue 1 2021-2022 était auparavant tolérante aux émotions et aux rebondissements sur le terrain. Avec seulement cinq rencontres se terminant par 0-0, l’équipe est concentrée sur le jeu et la sensation de voir un entraîneur audacieux et un championnat va enfin dans la bonne direction. Le retour des supporters en tribune a été largement salué, mais comme Thierry Henry l’a justement montré, ces incidents, qui continuent de ternir l’image de League One, ont atteint un point où ils ne reviendraient plus ce dimanche soir. .. En attendant les sanctions officielles, le football français n’avait pas l’air si perdu et dispersé.