Elizabeth Berkley Lauren sur Revisiter « Showgirls » pour « Saved by the Bell »

Berkley Lauren a même lancé ses propres idées sur la façon de s’amuser avec l’héritage unique du film, les gardant dans sa poche arrière au cas où elle apparaîtrait dans une émission comme SNL. Mais rien ne semblait aussi bien que la séquence de relooking de Nomi qui Sauvé par le gong showrunner Tracey Wigfield lui a lancé. “Elle me connaît assez bien pour savoir que j’ai commencé dans la comédie et, vous savez, j’ai moi-même un grand sens de l’humour”, a déclaré Berkeley Lauren.

L’acteur a apprécié la construction lente du morceau, ainsi que sa profondeur surprenante. « Il n’y avait rien d’aléatoire là-dedans. Il y a eu beaucoup de réflexion et d’attention sur la façon dont cela pourrait réellement servir le personnage de Jessie », une personnalité vulnérable de type A dans un moment de transition. “Si cela avait été un moment stupide et ridicule sans raison, alors je ne pense pas que cela aurait atterri de la même manière.”

La ligne de frappe ostensible de l’intrigue secondaire est en fait un coup de pied. Jessie se prépare pour ce qui ressemble à un Showgirls séquence de danse lorsque son pied frappe le pompier en plein visage, mettant fin au fantasme avant qu’il ne commence vraiment. Berkley Lauren, pour mémoire, était prête à décrocher la pole s’il le fallait ; elle a même demandé à son ami chorégraphe Jennifer Hamilton, travailler avec elle sur un numéro. Mais à la fin, elle convient que c’est plus drôle de finir sur cette blessure surprise. « Cela me semblait juste assez. »

Continuer tout droit donne également au spectacle le temps d’un autre métamoment. Après que sa pause dansante ait mal tourné, Jessie dit à son ami Slater (Mario Lopez) Qu’est-ce qui vient juste de se passer. “J’essayais d’être sexy”, déplore-t-elle, “mais j’avais juste l’air… folle.”

Slater la console en utilisant des mots qu’il aurait été agréable pour Berkley Lauren d’entendre en 1995. “Au moins, vous vous mettez là-bas!” il dit. «Et peut-être que vous êtes sorti un peu extrême, mais vous avez suivi les instructions qui vous ont été données. Et ces directions étaient folles. C’est une évaluation avec laquelle même Verhoeven ne pouvait pas contester : « Les gens l’ont, bien sûr, critiquée pour avoir été exagérée dans sa performance. La plupart de cela vient de moi », a-t-il Raconté Pierre roulante en 2015. « Bon ou pas bon, c’est moi qui lui ai demandé de tout exagérer.

“Ce n’est pas quelque chose que j’ai, en ce moment, besoin que quelqu’un dise”, a déclaré Berkeley Lauren de l’aimable commentaire de Slater. Elle a eu une vie et une carrière bien remplies au cours des années depuis Showgirls, tout faire, de Broadway à l’écriture d’un New York Times Best-seller. Lundi seulement, les métiers annoncé dans laquelle elle jouera L’idole, un drame de HBO de Euphorie créateur Sam Levinson et Le weekend. « Je suppose que si je venais de faire ça et que je n’avais pas travaillé [again] Jusqu’à présent, ce serait une conversation complètement différente.

Mais même si elle n’a pas passé les 26 dernières années à attendre la catharsis, l’obtenir a toujours un sens. Les critiques et les chiffres de l’industrie ont été brutaux sur Showgirls, et n’a pas hésité à faire des attaques personnelles contre Berkley Lauren. «C’était vraiment douloureux à l’époque. J’étais une très jeune femme”, raconte l’acteur. Depuis, elle est passée à autre chose et a compris à quel point ces critiques étaient injustes – qu’elles provenaient d’une culture beaucoup plus à l’aise avec la misogynie que le climat actuel. « Je ne pense pas qu’une grande partie de ce qui se passait alors serait autorisée maintenant », dit-elle.