Emmanuel Macron présente ses priorités au président français de l’UE


EJeudi 9 décembre, mmanuel Macron présente ses priorités à la présidence française du Conseil de l’Union européenne, qui s’attaquera de front à la campagne pour l’élection présidentielle française à partir du 1er janvier. Lors d’une conférence de presse prévue à 16 heures à l’Elysée, le chef de l’Etat a prévu de mettre l’accent sur l’Europe. Cependant, les journalistes doivent profiter de cette rare occasion pour l’interroger sur des sujets politiques, notamment sa candidature non confirmée à la présidentielle d’avril 2022.

Cependant, “la campagne se déroulera à temps”, a-t-il continué à marteler le porte-parole du gouvernement Gabriel Atal, défendant le chef de l’Etat “en exercice” jusqu’à la fin de son quinquennat. Avant de répondre à la question, Emmanuel Macron explique pourquoi la France attache une grande importance à la présidence semestrielle 13 fois depuis les années 1950 et les 27 premières fois depuis 2008.

Célébrant le son des hymnes européens depuis les élections de 2017, le président s’est fait passer pour un leader pro-européen contre les “nationalistes” et les “populistes” et a remporté 27 postes, dont un poste de 750 milliards d’euros. J’admire les progrès. -Plan de relance Covid19 adopté en 2020. “Personne à droite ou à gauche ne peut le contester, et c’est l’identité d’Emmanuel Macron qu’il porte à l’élection”, assure un membre de ses collaborateurs.

Lire à nouveauPrésident français: Macron surcharge les bateaux de l’UE

Le chef de l’Etat a annoncé lundi que les priorités du président français, connue sous le nom de PFUE, s’articulent autour de trois axes : la résurrection, le pouvoir et l’attribution. Il a précisé que la reprise économique était une “nécessité” dans la “réponse à la crise” de Covid-19, avant de défendre la nécessité de renforcer le pouvoir de l’UE, notamment militairement, en la rendant plus autonome. Pour lui, “la souveraineté européenne renforce la souveraineté française”. Il dispose d’un meilleur équipement pour protéger les intérêts du monde par 26 partenaires qu’il ne l’est. Cependant, il regrette que l’« attribution » française à l’UE ait « décliné » ces dernières années.

Enjeux européens, inquiétudes françaises

Devant les médias, il réforme l’accord de Schengen, promeut un “paquet climat” avec des taxes carbone, régule mieux les géants du numérique, harmonise le salaire minimum et rebâtit un traité d’amitié avec “l’Afrique”. Pour cette raison, des dizaines de rendez-vous sont prévus, principalement dans les trois premiers mois, pour l’élection présidentielle. Ils débutent par un discours, suivi d’un débat au Parlement européen le 19 janvier.

Lire à nouveauLuc de Barcent-Réaction allemande à Macron

Mais si le président remplaçant donne de l’élan à une priorité particulière, construire un consensus à 27 n’est en aucun cas chose aisée, limitant la maniabilité de la France. Du coup, la PFUE prévient la majorité des responsables que “cela peut demander beaucoup d’énergie” alors qu’Emmanuel Macron doit déjà prendre le contrôle des affaires nationales pendant la campagne.

Lire à nouveauLuc deBarchent-Europe peut déjouer les armes mobiles

“J’espère que la présidence française ne sera pas un moment de communication de trois mois”, a prévenu la commission des Affaires européennes du président LR Jean-François Lapin. Selon une enquête d’Odoxa Le Figaro, les Français sont deux fois plus nombreux (32% contre 15%), et la présidence de l’UE estime que ce sera un atout plutôt qu’un handicap pour Emmanuel Macron, 63% suggérant que les candidats en Europe sont assurés d’être comptés dans la sélection des votants.

Agenda chargé avec des représentants européens

Le candidat écologiste Yannick Jadot a regretté mercredi : “Je regrette que la France n’ait pas choisi de changer la date de la présidentielle, qui était biaisée par la présidentielle, et de la couper en deux”. A l’extrême droite, Eric Zemmour demande à Emmanuel Macron d'”imposer le principe de l’immigration à l’immigration vers l’Union européenne”. L’agenda européen du chef de l’Etat sera chargé jusqu’à Noël à la réception du nouveau chancelier allemand Olaf Scholz, qui effectuera vendredi son premier déplacement international à Paris.

Lire à nouveauOlaf Scholz commence sa mission sous l’autographe de Covid

Lundi, il se rendra en Hongrie pour rencontrer le Premier ministre souverain Victor Oban avant le sommet européen des 16 et 17 décembre. Parallèlement, Emmanuel Macron a préparé une conférence de presse en échangeant avec deux dirigeants de l’UE : la présidente de la Commission Ursula von der Leyen lundi et le Conseil européen à l’Elysée jeudi Michelle avant de déjeuner avec le président Charles.