En Indre-et-Loire, un ensemble résidentiel pour chrétiens verra le jour


Ln Lundi 17 janvier, un projet de lotissement d’un genre nouveau sera annoncé à L’Ile-Bouchard (Indre-Eloire). Fondée en 2020 par deux jeunes catholiques, la société immobilière Monasphere crée un quartier destiné mais non réservé aux chrétiens près de l’église de San Gil, lieu d’émergence de Marian à Lilbushar. Le « Clos Saint-Gabriel », où la première pierre devrait être posée à l’été 2021, accueille des familles chrétiennes et vise à créer une communauté visant à « conjuguer spirituel et vie rurale ».

Ce “quartier chrétien”, qui sera le premier habitant en 2024, se compose de 17 habitations à domicile allant de 84 à 180 mètres carrés.Rapport au centre du lotissement Nouvelle République : Cour avant, hall, jardin commun. A ce jour, les fondateurs de Monasphere ont montré que 150 personnes se sont montrées intéressées et 2 500 fiches d’information ont été téléchargées.

Lire à nouveauJérôme Fourquet : “L’archipelisation marche”

“Bénéfique” pour les locaux

Créée il y a un peu plus d’un an, Monasphere estime le coût total des travaux à 5 millions d’euros. Le montant qu’une jeune institution a réussi à réunir grâce à de généreux donateurs. Le terrain a été acheté en juin 2021 et le projet a été présenté à la Mairie de L’Ile-Bouchard et vérifié par un architecte en bâtiment français. Il ne reste plus qu’à obtenir un permis de construire auprès de la mairie, qui n’est pas contre le projet.

“Au contraire, je ne vais pas priver les 17 familles supplémentaires de la commune”, confirme l’édile Natalie Vinho. Cependant, quelques critiques ont été soulevées au sein du conseil municipal, condamnant la pendaison de la communauté de l’Emmanuel pour le projet. Ce dernier est très influent dans le catholicisme français et gère déjà le Sanctuaire de Marian. C’est aussi elle qui a vendu le terrain à Monasphere.

Lire à nouveauChevallier – La superstar de la guérison, la Vierge Marie ?

Grande ambition

Malgré tout, Monasphere n’a pas été repoussé par les critiques. Surtout parce que les agents immobiliers effacent les accusations “communautaires”. “Nous travaillons comme un promoteur régulier. Si vous réservez d’abord l’un des logements, signez le contrat de réservation et versez un acompte de 2%, le logement deviendra propriétaire”, précise le fondateur de l’entreprise.Une personne rassure.

Inutile de dire : « Il ne fait aucun doute que les gens se regrouperont pour acheter une maison dimanche. Cependant, ils ont admis que le projet n’était promu que dans l’hebdomadaire chrétien. Enfin, l’essence du projet doit permettre un écrémage que les jeunes prometteurs refusent d’envisager.

Lire à nouveauDennis Peltier : L’essence des catholiques français

Jeune mais ambitieuse, Monasphere veut que le Clos Saint-Gabriel soit un développement pionnier. Dans un avenir prévisible, six ou sept autres projets similaires sont “dans les tuyaux”, précise le promoteur. “Il est encore trop tôt pour en parler”, se détendent-ils cependant sans cacher leurs grandes ambitions.