En Provence, l’entrepreneur Sebastian “a assez craqué pour en faire une boîte”.


Écoutez cet article dans l’application



Écoutez cet article dans l’application

Trop de lois, trop de normes, trop de réglementations strictes : « On ne comprend plus rien ! simple usager des services publics. L’enfer exécutif, vécu comme la capitale du Diktat, a alimenté la colère des Gilets jaunes il y a trois ans dans de nombreux endroits. Le choc de la simplification que les dirigeants successifs ont promis à maintes reprises ne s’est jamais produit. Et l’inflation législative s’est poursuivie pendant le quinquennat de Macron. Un mot français au bord de la faiblesse de la mémoire.

C’est l’une des transformations qui fait rêver les salariés métropolitains. Une belle histoire de famille… Il y a 11 ans, Sébastien Béguin et son épouse ont décidé de changer de vie. Il travaille pour Euronext, l’opérateur de la Bourse de Paris. Elle est dans l’une des agences parisiennes du Crédit Agricole. Ils font leurs valises avec leurs deux enfants durant l’été 2010 pour s’installer en Provence. Pour ce diplômé de l’Essec qui se lance dans une aventure entrepreneuriale audacieuse, c’est plus qu’un sacré déménagement, un retour à la maison, et un challenge professionnel.

Son projet ? Ses parents reprennent la savonnerie artisanale créée aux Chambres d’hôtes dans les Gorges du Verdon. Cultivez-le. Et vivre par hasard… Dans le quartier d’affaires de Sankana, tout près d’Aix-en-Provence, il faut ouvrir la porte de votre “atelier” pour mesurer la distance parcourue : un petit fabricant de savon artisanal Il a devenue une véritable TPE, a élargi sa gamme de produits cosmétiques, et compte actuellement neuf salariés. En 10 ans, l’entreprise, rebaptisée Les Essentiels, a effectivement multiplié par 10 son chiffre d’affaires. Le pari a donc été tenu. Mais cette trajectoire considérable ne dit rien sur les nuits blanches, la colère et le découragement, beaucoup d’entrepreneurs faisant face à d’innombrables formalités administratives.

Service limité. 2 mois pour 1 € sans engagement

Régulation et “paradis” réglementaire

« Il faut être un peu craqué pour démarrer une entreprise, précise Sébastien Béguin. Et si cette entreprise est à la frontière de la cosmétique, de la santé, de l’hygiène et de la chimie, il y a encore plus de possibilités. En un sens, un paradis pour les régulateurs et les régulateurs… dans ce domaine, les savonneries familiales s’appuient sur au moins trois organismes. Direction des produits de santé et des entreprises. Mais de temps en temps, Sébastien Béguin s’occupe aussi des douanes. Les douanes surveillent l’inventaire de l’alcool utilisé pour fabriquer certains produits comme les étincelles.

Ce genre d’activité est normal. Ce n’est pas tant une visite improvisée et une injonction contradictoire de l’administration qui ne lit pas toujours le même texte. Il y a aussi ce sentiment constant d’être sur une grille suspecte basée sur ces contrôleurs “plus ou moins constructifs et enthousiastes”, la “menace stratosphérique”, et le principe d’être trompé. Faire passer le code du travail rend les choses un peu plus difficiles… « Au niveau de l’hygiène, des conditions de travail et de la sécurité, je suis quasiment sûr que c’est illégal à cet égard, reconnaît Sébastien Béguin. Mais je ne sais pas sur quoi enfoncer les clous. .. ”


Application L’Express

Analyse et décryptage du suivi où que vous soyez

Téléchargez l'application

Téléchargez l’application

Les entrepreneurs soulèvent ici un point important. Sans l’aide d’un comptable, d’un fiscaliste, ou d’un consultant professionnel, il est impossible pour un petit patron de parcourir les fourrés des procédures, normes, et réglementations qui sont en place… trop de formulaires, trop de contacts, aide bienvenue Même si vous en faites la demande (par exemple un crédit d’impôt recherche ou une prime à l’embauche d’un apprenti), vous ne le savez pas car vous avez trop d’appareils. Dans 10 ans, le PDG d’Essentiels conseille : « Il est impératif d’intégrer les coûts réglementaires et administratifs dans un modèle économique. C’est l’enfer de se baigner seul sans les connaissances nécessaires, et les serviettes avant d’avoir la possibilité de développer son activité. Garantie de jeter.


avis

Chronique

SharmaniAbnoussé Shalmani

Chronique

Christoph Donner, écrivain.Christoph Donner

Chronique

Nicolas Bouzou, économiste et essayiste, est le fondateur et directeur du cabinet de conseil Asterès.Nicolas Buzo

Chronique

Abnoussé Shalmani