En ville, passez au vert ! -Style L’Express

« J’ai parfois marché jusqu’au bureau, notamment pendant les grèves. Maintenant c’est systématique. J’ai franchi le pas après mon premier confinement. Je travaille à 3 kilomètres de chez moi, donc c’est 40 minutes de marche pour tourner. Ça a lieu. Le consultant parisien Paul, 29 ans, a abandonné le bus par peur de l’orgie. « Je suis de plus en plus reconnaissante. Ce n’est pas seulement une vraie coupure entre le travail et la vie personnelle, mais ça me met aussi dans l’air. Je suis plus sensible aux changements de saison et à la vie de quartier. Parfois moi aussi. Gagnez du temps !

Lire à nouveau >> Vélos, trottinettes, trottinettes… le dernier kilomètre de mobilité gagne en affaires

Transports en commun surchargés, embouteillages, pollution… autant de facteurs anxiogènes qui favorisent une mobilité « douce ». Tous les chiffres le confirment. Selon un rapport du cabinet de conseil Smart Mobility Lab, la crise du Covid-19 a poussé plus de 27% des Français à changer leurs modes de déplacement habituels. Les transports en commun, où les gestes barrières restent peu ou pas applicables, ont été abandonnés au profit de la marche (66% des personnes ont changé leurs habitudes), du vélo (29%) et des scooters (9%).

Service limité. 2 mois pour 1 € sans engagement

cyclisme

Selon le rapport annuel du réseau social sportif Strava, le nombre de déplacements à vélo a augmenté de 14,7% pour les hommes et… de 357% pour les femmes entre 2019 et 2020. Cela est probablement dû à la fermeture de la salle de sport et à la sécurisation des pistes cyclables. L’opération « Coup d’État Véro » (50 euros d’aide à la réparation de motos) a bien sûr connu un franc succès. Plus d’un million d’unités ont été réparées entre mai et novembre 2020.

Application L’Express

Analyse et décryptage du suivi où que vous soyez

Téléchargez l'application

Téléchargez l’application

Lire la suite >> Vélos cargo, nouveaux véhicules familiaux

Cette tendance est également accélérée par la création de centaines de kilomètres de « coronapistes » dans les grandes villes. “Cela a vraiment changé la donne. 90% de mes déplacements quotidiens se font désormais sur des camions isolés de la route”, a souligné l’indépendante bordelaise Inès, 36 ans. Michel Lussault, géographe et auteur des Chroniques de géo’virale (Deux-Cent-Cinq Editions), a déclaré : Mais il n’y a pas d’illusion. Même si la pandémie accélère incontestablement cette “vélorisation”, les déplacements à vélo sont encore très faibles (environ 3% des déplacements, selon le ministère de la Transition écologique). Cependant, la transition semble se dérouler en douceur.


avis

Tribune

"Dans l'espace physique, nous n'avons d'autre choix que de nous rencontrer et de nous côtoyer.", enchante l'architecte et ingénieur Carlo Ratti.Par Carlo Latti *

Chronique

Antoine Bueno, futuristeAntoine Bueno *

Chronique

Jean-Laurent CasselyJean-Laurent Cassely