Europe, Covid, Président… Ce qu’il faut retenir de la conférence de presse d’Emmanuel Macron

Depuis le début du quinquennat d’Emmanuel Macron, la première conférence de presse du 25 avril 2019 a duré trois heures. Lors de la seconde période de ce jeudi, le chef de l’Etat a fait une “seule” déclaration pendant un peu plus de deux heures. Toujours de l’Elysée, il s’est entretenu avec une centaine de journalistes.

Dans une question de journalistes, l’exercice s’est déplacé vers plusieurs autres sujets dans le but que la France présente ses “grandes priorités” à la Présidence de l’Union européenne (UE) au premier semestre 2022. .. C’est tout ce que vous devez vous rappeler.

Annonce de slogan

Clément Beaune, ministre des Affaires européennes, invité à prendre la parole sur le podium, a annoncé le logo du président français de l’Union européenne. Il y a un “U” rempli des étoiles du drapeau européen, suivi d’un “E” stylisé avec une flèche sur la droite.

Une nouvelle pièce de 2 euros représentant un chêne et un olivier a également été annoncée. « Pas seulement un mémorial », il sera déployé à partir du 1er janvier. “C’est la première fois que la France modifie le design de cette pièce depuis que l’euro fonctionne comme une monnaie unique”, a déclaré le secrétaire d’Etat.

Frontières, défense, Afrique…

L’objectif de cette présidence de l’UE est résumé en une phrase par Emmanuel Macron. “.

Le chef de l’État présente ses grandes priorités au Parlement européen le 19 janvier. Il souhaite notamment que l’Europe “contrôle la frontière” par des réformes dans l’espace Schengen. “C’est la confiance de l’Europe d’avoir une politique cohérente de contrôle de nos frontières étrangères”, a-t-il développé, espérant une “procédure plus souple et harmonieuse” entre les pays européens.

Un autre axe majeur concerne la politique de défense. “Aujourd’hui, nous devons définir nos intérêts communs et nos stratégies partagées dans le monde des menaces et des risques pour les Européens”, a déclaré Emmanuel Macron.

Autre thème : la stabilité face aux puissances étrangères. Il a spécifiquement évoqué deux sujets majeurs. D’une part, « les relations Afrique-Europe sont construites pour la paix et la prospérité à la fois en Europe et en Afrique. Une réunion au sommet entre les dirigeants de l’Union européenne et de l’Union africaine se tiendra à Bruxelles en février. ..

Par ailleurs, le chef de l’Etat estime que la région des Balkans est un acteur très important pour les « prochaines décennies ». “On ne peut pas paresseusement mettre les Balkans occidentaux au cœur de l’Europe en attente, et les forces étrangères demandent à travers eux de nous déstabiliser.”

La fin de la crise économique

Le chef de l’Etat l’a rappelé d’emblée : « Nous devons subir l’impact économique d’une pandémie. (De Covid-19).. “Mais ‘les actions d’un seul Etat ne sont pas de la bonne taille'”, souligne Emmanuel Macron, et les pays européens du coin n’ont aucun moyen de rivaliser avec de très grandes puissances comme les Etats-Unis et la Chine. Je l’ai admis.

Plusieurs plans d’investissement européens ont été annoncés, “nécessitant des règles financières adéquates”. Le chef de l’Etat est convaincu qu’à terme, il “veut revenir aux règles générales du budget”. “Mais nous ne pouvons pas faire comme si de rien n’était”, a-t-il immédiatement ajouté, exigeant “reconnaître le fait que cela vaut le nouvel investissement”. Cela inclut le fait que l’accord de Maastricht “reconsidére le cadre budgétaire européen”.

Les 10 et 11 mars, 27 Sommets européens se tiendront en France, autour de plusieurs piliers, comme « Faire de l’Europe un excellent pays créateur d’emplois ».

Climat, priorités

Un autre défi consiste à équilibrer la croissance économique avec les ambitions liées au changement climatique. “L’Europe a une opportunité. D’être championne dans ce domaine”, a exhorté le chef de l’Etat. Il veut inventer une solution pour « décarboner » l’économie, compatible avec la quête de croissance.

“L’un de nos objectifs est de mettre en place une taxe carbone”, a déclaré Emmanuel Macron. Cela permet de « rattraper les écarts » lors de l’importation de produits en provenance de certains pays peu respectueux du climat. Le président (et peut-être le candidat officiel à sa réélection prochainement) veut aussi négocier “des moyens européens pour lutter contre la déforestation importée”.

Emmanuel Macron a évoqué d’autres thèmes majeurs comme la désinformation et l’agriculture, mais n’a pas développé davantage.

L’Europe “humaine”

“Je voulais faire de ce président de la France un beau moment d’humanisme en Europe”, a déclaré Emmanuel Macron. Il l’a décrit comme “une petite terre qui nous est donnée” pour ramener l’Europe au bon niveau.

En mai, nous devons clôturer la “Conférence sur l’avenir de l’Europe”. Concernant les valeurs et l’Etat de droit, “la France aura à coeur de mener ces combats”. Emmanuel Macron entend notamment « doter l’Union européenne d’une loi sur la lutte contre les violences faites aux femmes ». Il souhaite également développer l’accès à la culture (opéras, musées…) dans toutes les grandes villes européennes.

Le chef de l’Etat effectuera également “de nombreuses recherches sur l’histoire européenne”. Un comité indépendant est chargé d’aborder ce sujet “dans les prochains mois”. De grandes conférences d’universités européennes se tiendront également en juin de l’année prochaine. “2022 sera une année de la jeunesse”, assure également le chef de l’Etat, qui réclame six mois de “fonction publique européenne” aux moins de 25 ans.

Zemmour ?Macron garde le contact

Emmanuel Macron a été interrogé sur la candidature du nouveau candidat à la présidentielle Eric Zemuruk et sa dernière déclaration, affirmant qu’il n’avait pas besoin de commenter les ambitions de chacun. Avant d’ajouter le fond : “Notre pays est un vieux pays avec ses valeurs, sa culture et son combat (…) Le respect des Français a une certaine idée de la grandeur de la France. Il a appelé à “aucun compromis sur les discriminations raciales ou anti -Le judaïsme.” “”

Plus généralement, le chef de l’Etat a refusé de commenter la situation politique en France. “Nous avons montré qu’une Europe plus souveraine et unifiée est bonne pour la France”, a-t-il simplement montré. Et d’expliquer son affirmation en faisant référence à cette pandémie : « Si nous n’avons pas l’Europe, faites de votre mieux avec le vaccin. Nous avons ordonné à chaque pays de l’UE d’administrer des centaines de millions de doses. C’est certainement Bruxelles.

Interrogé sur sa candidature, Emmanuel Macron a esquivé et parfois amusé son public. Il a simplement garanti de travailler “jusqu’aux 15 dernières minutes” de son mandat. Sans rien vérifier pour l’avenir.

Il n’y a pas de boycott des JO de Pékin

Plusieurs pays (États-Unis, Canada, Australie, Royaume-Uni) ont annoncé des boycotts diplomatiques pour les Jeux olympiques d’hiver de 2022, notamment pour les violations des droits humains en Chine, mais ils ne sont pas le choix de la France. “Je ne pense pas que ce sujet doive être politisé, surtout si on fait des pas très petits et symboliques”, a déclaré Emmanuel Macron.

Macron défend sa stratégie de santé

Parlant enfin de la cinquième vague, Emmanuel Macron a répondu que sa stratégie reposait sur trois piliers : vaccination, gestes barrières et parcours sanitaire. “Avez-vous besoin d’adapter votre stratégie dans les prochains jours ? Je ne sais pas quoi dire”, a-t-il admis. Pour l’instant, la discothèque doit être fermée à partir de ce vendredi, mais aucune autre restriction “stricte” n’a été déterminée au sommet de l’État.