Exclusif.Hidalgo, Jadot, Melenchon : ce qu’ils proposent pour sauver l’hôpital

Diminution du nombre de lits, du nombre d’infirmières, fermeture des services d’urgence… La santé des hôpitaux en France n’est pas la meilleure, mais ils peinent toujours à dominer l’agenda politique de cette première élection présidentielle. La gauche souffre de l’opinion publique et le comprend bien, espérant se réveiller en ramenant l’hôpital au milieu du village. Quelle est votre priorité ? Comment sortir de la crise révélée par la pandémie de Covid 2020 ? Anne Hidalgo, Jean-Luc Melenchon et Yannick Jadot sont candidats du Parti socialiste, insoumis de l’écologie française et européenne, respectivement -Les Verts sauvent le public hospitalier s’ils sont élus président de la République.Pour révéler à L’Express comment ils comptent.

Hidalgo : “Je démarre un important plan de recrutement, de formation et de montée en gamme.”

« Après deux ans de crise sanitaire, le travail de soignant n’était pas aussi difficile qu’aujourd’hui. Les hôpitaux publics souffrent de pressions financières et ont besoin d’être détendus, sinon ils perdent les spécialistes pour en profiter.

Je vais démarrer un grand plan de recrutement, de formation et de mise à niveau pour tous les métiers hospitaliers. 25 000 infirmières et assistantes supplémentaires rouvrent des lits fermés, définissent un ratio minimum de soignants par patient, forment 15 000 médecins et 1 250 assistantes par an, et forment 5 000 logistiques et techniciens je vais l’adopter. Le personnel hospitalier avec des services pour faire gagner du temps aux soignants et améliorer l’acceptation des patients. »

Service limité. 2 mois pour 1 € sans engagement

Melencheon : “Nous devons former et embaucher 100 000 aides-soignants.”

“Notre hôpital a longtemps été le numéro un dans le monde et a été désorienté par l’austérité et la commercialisation. Nous devons changer complètement la logique et la reconstruire. Aujourd’hui, nous imposons un certain niveau de dépenses aux hôpitaux. Nous voyons quoi et qui fait . Comme les maladies chroniques augmentent et que la population vieillit, c’est insensé et plus cher. Il faut faire le contraire. Doit : Commencer par un besoin de soins et s’organiser pour soigner tout le monde. À moins que la cause de la pandémie ne soit résolue, il faut se préparer à des séquelles de même nature que le Covid-19.

Je propose un vaste plan de recrutement pour les professionnels de la santé et de la communauté médicale. Le soignant est épuisé. Plus d’un tiers des infirmières déclarent souffrir de symptômes dépressifs. 100 000 soignants doivent être formés et embauchés. Arrêtez d’improviser et organisez-vous. Réévaluez votre profession et vos revenus, établissez une position précaire et augmentez le nombre de lieux et de ressources pour ces formations. Revenons à la comptabilité par activité. Elle étrangle les petits hôpitaux et sape le sens de la médecine. Abandonnez la folie de la concentration hospitalière qui conduit à la fermeture de lits et d’installations. Encore une fois, en 2020, Macron a supprimé 5 700 étages. 100 000 lits en 25 ans. Nous reprendrons les services de lit, d’urgence et d’accouchement afin que tous les Français puissent bénéficier des services de santé publique dans les 30 minutes de leur domicile. ”

Jadot : « Retour aux frais de service »

« Il faut fondamentalement inverser la logique de gestion. Avec tous les acteurs, santé, communautés et patients, plutôt que de fixer un budget national réduit en milieu rural qui met la pression sur tout le monde. Il faut reconsidérer la prise en charge par région et par bassin de santé, et le ratio d’effectifs par habitant est retenu. Dans chaque région, les moyens des hôpitaux publics dépendent des statistiques de population, de l’âge et de l’état de santé. Chaque établissement doit définir une organisation, comme il le fait en période de crise sanitaire. Retour à la tarification des honoraires des médecins et le personnel infirmier eux-mêmes, et renforcer les salaires et le personnel.

Application L’Express

Analyse de suivi et décryptage où que vous soyez

Téléchargez l'application

Téléchargez l’application

Je veux aussi mettre la prévention au cœur de notre stratégie de santé, alors qu’elle ne représente que 1,8 % de notre budget santé. Pour réduire le nombre de personnes malades à l’hôpital, nous devons réduire les raisons de tomber malade. Nous vivons des maladies chroniques et des explosions virales associées à la dégradation de l’environnement. Protéger l’environnement, c’est protéger votre santé ! ”


avis

Chronique

Robin Rivaton, essayiste, membre du Conseil d'évaluation scientifique de la Fondation pour l'innovation politique (Fondapole).Robin Rivaton

Chronique

"Au contraire, la diabolisation n'a pas retardé la montée continue des voix du Rassemblement national, devenu le Rassemblement national."Cela me rappelle Abnousse Shalmani.Abnoussé Shalmani

Chronique

Nicolas Buzou (P. CHAGNON / COCKTAIL SANTÉ)Nicolas Buzo

Chronique

Portrait d'Albert Moukheiber, 8 janvier 2020, Paris, France.Par Albert Moukheiber