Face à Bruno Le Maire, Eric Zemmour peine à enfiler le costume de candidat

Bruno Le Maire a prévenu qu'”il y aura du sport” avant la discussion avec Eric Zemmour sur France 2 ce jeudi 9 décembre. D’anciens journalistes ont été invités de la chaîne dans son émission “Elysée 2022” comme candidats à la présidentielle d’avril 2022, souvent lors d’une soirée dissonante, il y avait du sport, pas forcément à l’avantage du téléspectateur… Pendant plus de deux heures et demie, un ancien chroniqueur de Cnews a dû porter le costume du candidat pour prouver qu’il dirigeait un “centre commercial” politique. Une promesse qu’il a spécialement préparée, selon des personnes proches du dossier. “J’étais journaliste et écrivain. (…) Aujourd’hui, je suis responsable de ceux qui sont prêts à voter pour moi, donc je ne suis plus le même”, déclare un nouvel homme politique en préambule. Dimanche, lors de son premier meeting officiel en tant que candidat déclaré, Eric Zemmour a annoncé la création de son parti “reconquête” et les détails de son programme présidentiel. Cependant, il n’est pas facile d’aspirer au meilleur bureau du jour au lendemain.

Le décolleté adoucit l’image

Sur le plateau de France 2, le sexagénaire a tenté d’adoucir seul son image partagée face aux journalistes Léa Salamé et Laurent Gimier. “Je suis un méditerranéen et un passionné”, a-t-il patiné avec le sourire pour justifier ses récentes sorties controversées. Eric Zemmour a plaidé pour le majeur adressé aux passants du déplacement à Marseille : “Le président est toujours un homme. Je progresse encore et cela fait encore des mois.” Il s’agissait aussi de publier sa proposition : bien sûr non seulement la lutte contre les immigrés, mais aussi la notion de pouvoir d’achat, la politique énergétique, les affaires internationales… « Emmanuel Macron est un idéologue chimère, noyant le peuple français. Europe” il se veut fédéraliste européen, selon la direction de la secrétaire d’Etat, qui a tenu il y a quelques heures une grande conférence de presse pour dresser les grandes lignes du président français de l’Union européenne au premier semestre 2022. A déclaré.

Les débatteurs reviennent et le calme disparaît

La situation grave a commencé à 21h45 lorsque le ministre de l’Économie Bruno Le Maire a fait face au requérant. Il a fallu quelques secondes à Eric Zemmour pour retrouver ses habits de protectionniste cathodique. J’ai l’habitude de discuter de la mise en place de Cnews avec tout ce que le gouvernement a de ministre depuis quelques mois. Rien n’a changé, hormis les lampes et les lunettes fines que le nouveau candidat porte désormais sur le nez. Soudain, son doigt se lève, Eric Zemmour s’emporte, se gargarise : ” Regardons de plus près ! ” A Spade, ” Tu te trompes “. Notre ex-chroniqueur n’a pas menti, mais il n’a pas perdu son sens officiel, mais il reste calme. “Mushle Lemaire est un employé de la Commission bruxelloise.” « La solidarité est nationale, Bruno Le Maire, pas mondiale ! » « Mush Le Maire, ne regarde pas trop grand ! Tu as arrosé la France, tu es le Père Noël ! Sois un peu plus humble ! » Les candidats sont captivés, bruyants et en colère. Face à lui, Bruno Le Maire a un beau jeu pour rester stoïque. “Ne devenez pas accro, M. Zemmour”, glisse-t-il doucement au milieu d’un débat sur le déficit budgétaire.

Service limité. 2 mois pour 1 € sans engagement

Les tensions augmentent au fur et à mesure que les discussions se poursuivent sur la question de l’identité. Le débat devient encore plus vif lorsque Bruno Le Maire confond les deux propos d’Eric Zemmour, profitant de l’occasion pour crier. “C’est inaudible pour le téléspectateur”, regrette Léa Salamé, qui a tenté de conclure la discussion. “Tu n’es qu’un gaulois pourri”, lance Eric Zemmour en ex-ministre de Nicolas Sarkozy. Un peu en début de soirée, Bruno Le Maire lui-même a utilisé très personnellement le général de Gaulle. “De Gaulle a dit qu’il ne commencerait pas sa carrière de dictateur à 67 ans. Vous en avez 63. Vous devez en être un.”

Application L’Express

Analyse de suivi et décryptage où que vous soyez

Téléchargez l'application

Téléchargez l’application

Plus perturbateur que jamais, Zemmour n’a convaincu que 41 % des votants. C’est un score très bas par rapport aux habitués des grandes émissions de France 2, mais monte à 62 % et 84 % chez les sympathisants du Parti national des Républicains et de l’Assemblée R.


avis

Chronique

Christoph Donner.Christoph Donner

Journal libéral

"La croissance n'est pas offensante pour ses détracteurs, mais un baromètre de la vitalité et de l'humeur nationales."Considérez Alan Madran.Alain Madelin

Chronique

Un regard sur l'actualité de l'écrivain Christoph Donner.Christoph Donner

Journal libéral

"Un nuage de colère sociale se construit à l'horizon. Nous devons donc agir à la fois pour la France pauvre exclue du travail et pour les travailleurs pauvres qui sont désormais inquiets et étranglés."Alain Madelin