Foie gras, sapin de Noël… Maire vert, bal Jadot ?


etAprès avoir abandonné le sapin de Bordeaux (l'”arbre mort”), il a refusé le Tour de France à Lyon (les événements “macho” et “pollution”) et a envoyé de l’air à Poitiers. Rêves d’enfants ” – C’est ce que le maire vert a encore frappé. Dans la capitale des Gaules, Grégory Doucet a décidé de ne pas proposer de foie gras à la réception officielle de la mairie. Selon ses homologues strasbourgeois et grenoblois, les élus de la ville de Lyon assument le fait qu’ils ont rejeté ce produit en raison de “l’élevage complètement contre le bien-être animal”.

Il n’a pas fallu plus de temps pour déclencher une vague de protestations. “Quelle est la prochaine étape ? Voulez-vous interdire les rosaces ?” Le leader lyonnais Christoph Margin “aura déjà réussi à faire son travail à la mairie” “coup communicatif” du maire. Le conseil municipal. Même le gouvernement est impliqué. “Je suis Landaise, ça m’a donné”, tente un trait d’humour méfiant la représentante de la ministre des Anciens Combattants Geneviève Darieussec.Le candidat présidentiel Greens lui-même est invité à réagir Europe 1 : Oui, Yannick Jado « aime le foie gras », mais oui, il y a un « problème » avec le gavage.

Lire à nouveauGrégory Dusset : “Ce qui se passe à Lyon va affecter les élections.”

Belle cible

Pour le maire vert, c’est à chaque fois la même histoire. De petites mesures locales perçues comme radicales suscitent une polémique nationale. L’opposition en profite. Début 2021, alors que la mairie de Lyon a (encore) supprimé temporairement la viande du menu de la cantine scolaire pour respecter le protocole sanitaire de l’école, le ministre de l’Intérieur Gérald Dalmanin, Condamner “l’idéologie scandaleuse”, Celui de l’Agriculture, Julian Donormandy, une honte “..

« Gérard Colon [l’ancien maire, NDLR] Je faisais la même chose il y a quelques mois, mais personne n’a répondu », raconte Monique Cosson, co-secrétaire régionale de l’EELV Rhône-Alpes. « Le gouvernement en profite pour nous tirer des torpilles et embêter les élus du scrutin écologiste. Commentaire sur le menu de la cantine lyonnaise, le ministre de l’Intérieur doit-il faire ça tout seul ? ? » Les écolos, la cible parfaite ? « C’est une bataille politique. On fait tout ce qu’on peut et on la caricature pour nuire à notre crédibilité. Ce n’est pas très glorieux », a déclaré Monique. souffle Cosson.

Si nous sommes ciblés, c’est aussi parce que nous sommes identifiés comme une menace par nos concurrents.

“C’est un objectif relativement simple”, acquiesce Daniel Boy, directeur de recherche honoraire au Cevip de Sciences Po. Ils sortent du bon : Sandrine Rousseau a expliqué que son mari a été démantelé pendant la Primaire. En expliquant, on a envie de rire. Si la verte Le conseiller municipal qui vient de s’installer en mairie est “parfois un peu maladroit”, c’est essentiellement destiné à provoquer une telle polémique avant tout. C’est leur suggestion. “Ils défendent des valeurs destructrices et rompent avec les valeurs dominantes et établies. C’est une raison choquante, et nous n’en faisons pas tant que ça toute la montagne.”

Écologie disciplinaire

Reste que ces montagnes pourraient se transformer en boules aux pieds des écologistes à la présidentielle. Cependant, l’équipe de campagne Jadot est heureuse de dire : “Si nous sommes une cible, c’est aussi parce qu’elle est perçue comme une menace par nos concurrents. Cela ne nuit pas forcément à notre crédibilité”, “les valeurs consensuelles actuelles ont toujours été du passé. Rassure Monique Cosson, qui se souvient que ce n’était pas toujours évident.

Lire à nouveauJeanne Barseghian : “Oui, les locaux peuvent inspirer le public.”

Daniel Boy assure que ces controverses cachent principalement des problèmes plus profonds. “Jadot, ce n’est pas grand-chose, mais ce n’est pas du foie gras. Ils ne nous disent pas que la notion de boisson nécessaire à la migration des écosystèmes peut être heureuse.” D’où “l’écologie disciplinaire”. eux à faire. “C’est un gros argument. On dit qu’ils enlèvent la joie de vivre ! Leur vrai défi est de montrer le contraire.”