Fonderie SAM : Des salariés entre colère et espoir après l’annonce de Renault

Fonderie SAM : des salariés entre colère et espoir après l’annonce de Renault

La décision prise hier par Renault de ne pas s’engager dans le projet d’acquisition de SAM, dont il a fait le syndic, a offensé les salariés du site aveyronnais. Déjà caractérisé par une vague de désindustrialisation, ce bassin minier de Decazville est à l’abandon.

Les salariés de la fonderie SAM à Vivier (Averon) tentent de reprendre espoir, mais le tribunal de commerce de Toulouse doit mettre en place une nouvelle audience ce vendredi pour accorder à SAM un délai de trois mois... ou ordonner le règlement à l'amiable. LP / Rémy Gabalda
Les salariés de la fonderie SAM à Vivier (Averon) tentent de reprendre espoir, mais le tribunal de commerce de Toulouse doit mettre en place une nouvelle audience ce vendredi pour accorder à SAM un délai de trois mois… ou ordonner le règlement à l’amiable. LP / Rémy Gabalda
Dans la catégorie

Économie