France : 10 fois plus de logements vacants que de sans-abri


N.-É.Plus de 3 millions des 37 millions de logements sont vacants chaque année. Ni le propriétaire ni le locataire n’occupent ces lieux. Il s’agit soit de maisons en attente d’être vendues, de bureaux obsolètes, soit de bâtiments agricoles vétustes.Echo, selon la dernière enquête de l’INSEE France Inter Ce lundi 15 novembre, c’est le dixième d’un foyer français et pourrait avoir dix fois plus d’espace de vie que les sans-abri.

Selon la Fondation Abbé Pierre, il y a près de 300 000 sans-abri en France. Près d’un quart des logements vacants se trouvent en zone rurale, la plupart en zone urbaine. 370 000 logements ne sont pas occupés dans et autour de la capitale. L’Ile de France a la plus faible part de logements vacants (6,5%) par rapport aux logements effectivement occupés, tous avec les mêmes 400 000 surfaces habitables potentielles.

Lire à nouveauMalgré la crise sanitaire, le nombre de pauvres n’a pas augmenté en 2020.

Près de 4 millions de pauvres

Cependant, ces chiffres doivent être pris à une certaine distance. « Les 3,1 millions de logements répertoriés comme vacants par l’Insee comprennent non seulement des logements insalubres, mais aussi des logements en attente d’être vendus ou loués. D’autres ont également peu de besoins. Il n’est situé dans aucun département », précise Christoph Robert, président de la Fondation Abbé Pierre. . traverser décembre 2020.

En France, 300 000 sans-abri s’ajoutent aux 3,9 millions de personnes qualifiées de « logements pauvres ». Alors pourquoi les logements vacants n’ont-ils pas besoin d’héberger des Français qui vivent actuellement dans des logements vétustes, mal isolés voire dangereux ? Actuellement, il existe plusieurs mécanismes juridiques. Depuis la loi de 1945, les États ont la possibilité de demander des logements vacants privés ou publics en cas de pénurie importante de logements.

Alors que l’habitat précaire explose, les pouvoirs publics n’appliquent pas la loi de 1945 à la demande.Jean Baptiste Eiro, Fondateur de la Société Doroit-au Rogerment

Mais la dernière vague de demande… remonte à 1997. En janvier 2021, des centaines de manifestants ont défilé dans la ville de Paris, exigeant que les logements vacants de la capitale puissent accueillir des sans-abri et des réfugiés. “Les institutions publiques n’appliquent pas la loi de 1945 aux revendications alors que l’habitat précaire explose. Les loyers sont trop élevés, les violations de la réglementation des loyers, la spéculation immobilière et la monétisation”, a ensuite condamné Jean le fondateur de Baptiste Eiro. Association Droitau logement chez Mike en France 3.