France-Kazakhstan : “La meilleure vitamine, c’est de gagner”, argumente Didier Deschamps

L’entraîneur Didier Deschamps était souriant et concentré lors d’une conférence de presse à la veille de France-Kazakhstan, décisive lors des éliminatoires de la Coupe du monde 2022. Il espère que le hub vérifiera le billet samedi soir sans attendre le dernier jour en Finlande. ..

Karim Benzema n’a pas participé à l’entraînement collectif. Avez-vous des doutes sur sa participation au match de ce samedi ?

Didier Deschamps. Il a eu une séance hier (jeudi) qui comprenait quelque chose de très bien. Je n’ai pas pu prendre de risque dans le match de samedi. Il a eu quelques problèmes lors des deux derniers matchs contre le Real Madrid. Karim sait se protéger. Il sera opérationnel demain.

Vous aimez Parc des Princes ?

Je suis très heureux. Je ne me souviens que de bons souvenirs ici (sourires). C’est un vrai stade de foot, ça se remplit. Nous sommes aussi à la maison.

Si la France vérifiait ses qualifications demain un jour avant la fin des qualifications, ce serait la première fois depuis 40 ans…

C’est toujours une route longue et dangereuse. A nous de nous qualifier demain sans attendre notre déplacement en Finlande mardi. L’important est d’atteindre le nouvel objectif des trois buts de la saison (Euro, Ligue des Nations et qualification Coupe du Monde). Il est impératif de voir la France jouer la Coupe du monde.

J’ai l’impression d’avoir vu le plus heureux Antoine Griezmann…

Il était très heureux de retrouver le club devant lui lors du dernier rallye. Mais depuis un mois, il est encore plus satisfait des résultats du club et de son influence sur l’équipe. Il y a beaucoup d’atmosphères positives. Son entraîneur Diego Simeone a admis qu’il avait trouvé un glyzo.

Kingsley Coman peut-il commencer comme le bon piston ?

C’est une option qui est valable au début du jeu ou pendant le jeu. Cela dépend de l’autre partie. Sur le plan défensif, cela nécessite des ajustements liés à la couverture de zone.

Vous avez des doutes sur le physique d’Engoro Cante ?

Comme tout entraîneur, son équipe devrait avoir N’Golo Kanté. Parce qu’elle va mieux quand il est là. Il a enchaîné quelques petits problèmes physiques. Il fait aussi moins. Engoro a un visage de bébé, mais il n’a plus 20 ans. Il ne ménage aucun effort sur le terrain. Il n’avait aucun souci pour sa semaine. Rappelons qu’il a été influencé par le Covid-19 comme certains autres footballeurs. Il faudra du temps pour retrouver la plénitude des moyens.

Avez-vous déjà eu envie de changer votre schéma tactique ?

Quand je choisis un système, c’est le plus dangereux pour l’adversaire, il crée le plus d’opportunités et le plus de buts. Cependant, cela n’exclut pas des changements au début ou pendant le match. Il y a des adversaires groupés, mais vous avez gagné plus de buts, pour ne pas mettre trois avant-centres.

Que pensez-vous de cette équipe kazakhe ?

Le jeu là-bas n’était pas facile. Nous avons dirigé leurs deux matchs en octobre. Le choix du système est bien défini. C’est l’équipe qui a cette capacité défensive. Ils font tous les efforts, c’est un bloc. S’ils avaient besoin de prouver ce fait qu’ils n’abandonneraient jamais, ils ont fait deux nuls dans le temps supplémentaire. Ils vont jouer dur.

La victoire de la Ligue des Nations a-t-elle affecté votre groupe ?

La meilleure vitamine est de gagner. Nous sommes fiers d’avoir visité deux grandes nations en octobre. Cela ne veut pas nous détendre, mais l’équipe de France a prouvé qu’elle avait un esprit dans les différents scénarios qui nous sont présentés, au-delà de la qualité du football.