France Loisirs ? : 800 emplois menacés de liquidation judiciaire

L’offre devait initialement se terminer le 10 novembre, mais le groupe a déclaréDélai supplémentaire jusqu’au 24 novembreAdrian Diaconu, président d’Acticia, a souligné que seuls deux acheteurs se sont manifestés.

“”La première offre est toujours très prudente. Il a assuré qu’ils s’étaient considérablement améliorés. Un acheteur est plutôt issu de +e-media+ et l’autre est plus proche de ce que font les Louisiers français aujourd’hui.Ce ne sont pas des acteurs exotiques“.

Cette procédure fixe la date théorique de l’examen de la proposition du 6 décembre par le tribunal de commerce de Paris avant que la décision ne soit rendue le 13 décembre, a indiqué la secrétaire CSE de la Confédération française démocratique (CFDT).

Service limité. 2 mois pour 1 € sans engagement

Le périmètre concerné par cette procédure comprend le français Royzier, ainsi que quatre autres entités du groupe dans le nord de la France. Ce sont des prestataires logistiques et informatiques, des centres d’appels, des imprimeries, tous fortement dépendants de FranceLoisirs.

Ensemble, ils représentent environ 800 personnes, dont environ 250 personnes provenant d’entreprises nordiques. Le siège Ile-de-France de France Loisirs compte 150 salariés et le reste du personnel est affecté à un réseau de plus de 120 boutiques. Les détails du personnel élu sont les suivants.

Selon Diaconu, qui a investi plus de 30 millions d’euros dans l’immobilier personnel pour maintenir une entreprise difficile pendant plusieurs années depuis son arrivée en 2015, l’éventail des salariés à reprendre est “Malheureusement, plus qu’une réduction“.

“”Lorsqu’il a été découvert qu’une activité particulière n’était pas considérée comme « récupérable », elle a été développée comme stratégie pour trouver des spécialistes susceptibles d’être intéressés, par exemple par un magasin ou une entreprise de services.“, Il ajouta.

France Loisir, qui a fêté ses 50 ans en 2020, frôle déjà sa disparition en 2018, avec seulement 800 000 membres contre plus de 2 millions dans les années 1970 et 1980.

Application L’Express

Analyse de suivi et décryptage où que vous soyez

Téléchargez l'application

Téléchargez l’application

Il a récemment changé son modèle de manière plus dynamique et renforcé sa présence en ligne, mais en raison de la récente crise (“”Gilet jaune», Grève, Covid-19), il n’a pas su réellement intégrer la situation qui restait vulnérable.


avis

Chronique

Frédéric Filloux est chroniqueur à L'Express et rédacteur en chef de Monday Note.Frédéric Phillow

Tête d’étoile

Stéphane ValenskiStéphane Valenski

Chronique

Crédit : LAURA ACQUAVIVAChristoph Donner

Chronique

Robin Rivaton, essayiste, membre du Conseil d'évaluation scientifique de la Fondation pour l'innovation politique (Fondapole).Robin Rivaton