Gérald Dalmanin veut retrouver son calme avant “chaque débat”


N.-É.Chez Mike à l’Inter français ce mardi 23 novembre, Gérald Dharmanin s’est montré particulièrement solide lorsqu’il a évoqué les violentes émeutes qui ont secoué la Guadeloupe. Engager des pourparlers avec des foules avant le rétablissement de l’ordre est hors de question pour le ministre de l’Intérieur, et est décrit comme « avant les pourparlers ».

Selon les habitants de la place Beauvau, la situation sur place est “encore très difficile”, faisant notamment référence à la gendarmerie visée par les balles réelles. Jusqu’à présent, 90 personnes ont été arrêtées et 60 sont sur le point d’être détenues par la police. “La réponse de l’Etat est solide”, a déclaré Gerald Dalmanin, rappelant la série de comparutions immédiates qui a eu lieu lundi 22 novembre.

Les vaccins au cœur de l’émeute

Selon le ministre des Affaires étrangères Sebastian Lecorne, ce sont “malheureusement ceux qui sont déjà connus pour être défavorisés par la police et la justice qui profitent de cette crise pour commettre des violences”. Si nous acceptons la demande de la minorité violente et active de « ne pas vacciner en Guadeloupe », nous accepterons effectivement que la population guadeloupéenne est moins protégée des maladies que le reste de la population. » a expliqué M. Dermanin. ..

Lire à nouveauSebastian Le Corne, ministre fragilisé par la crise en Guadeloupe

Les violences ont commencé sur l’île (Insee), où un tiers de la population vit en dessous du seuil de pauvreté, après que les syndicats se sont mobilisés pendant plusieurs jours pour contester les obligations de vaccination des soignants et des pompiers de la rizière. “L’arrivée de la police semble avoir apaisé certaines difficultés, mais il y a encore des difficultés”, a affirmé Gerald Dalmanin.

Lundi, le Premier ministre Jean Castex a annoncé la création d’un “lieu de dialogue” pour éteindre le feu afin “de persuader et d’accompagner individuellement, humainement” les experts sur les obligations vaccinales du bas.