Guadeloupe : le démontage du barrage a commencé, mais les violences continuent

“”La première partie du nettoyage“C’est peut-être arrivé dimanche”Et ça continuera demain“J’ai confié à l’AFP Eric Deselott, le responsable d’astreinte de Route de Guadeloupe.

“”Grâce aux forces de sécurité existantes et aux demandes de la province, nous avons pu dégager l’axe par des moyens plus importants tels que des camions à grappin et des camions à benne de plus de tonnage.“, a expliqué M. Deselott.”Il était également important de stocker la collection quelque part afin qu’elle ne reparte pas sur la route peu de temps après.“.

Des renforts de police et de gendarmerie de la métropole française, notamment 50 membres du GIGN et des unités de raid, sont arrivés sur l’île samedi soir.

Service limité. 2 mois pour 1 € sans engagement

Certains axes tels que “” ont été effacés.Racine demameles“Traverser le parc national au centre de Basseterre, mais une dizaine de barrages.”Renforcé l’après-midi« Nous y avons séjourné à certains points stratégiques de l’archipel.

Ces barricades faites d’objets divers tels que des plaques de métal, des poubelles, des arbres, etc.15-50 personnes« Souligné le colonel Jean-Pierre, commandant de la gendarmerie de Pointe-à-Pîtres. Un groupe qui peut le faire. »réforme“Selon la même source, des heures après la dispersion.

-30 Apparition immédiate-

Poursuite”Violence urbaine, abus et autres obstacles à la circulation“J’ai conduit le curé à suspendre l’accueil des étudiants lundi.”A l’école, au collège, au lycée“De la Guadeloupe continentale.”Les conditions de circulation routière restent incertaines et le potentiel pour le personnel et les étudiants de se déplacer en douceur et en toute sécurité semble être en jeu à ce stade.“, montre-t-il dans un communiqué.

Le procureur Patrick Dejardan a indiqué que 30 personnes seraient traduites en justice dimanche soir à Pointe à Pîtres lundi pour participation présumée aux violences de la ville qui ont bouleversé l’île pendant une semaine. ..

De samedi à dimanche soir, les routes et routes insulaires ont continué d’être bouleversées entre obstacles, incendies et pillages, 38 personnes ont été interpellées et deux ont été blessées par les forces de sécurité dans la nuit.

Ces incidents se sont produits jusqu’à mardi matin, malgré le couvre-feu de 18 heures à 5 heures du matin tous les soirs.

Dans certaines villes de l’île, des épiceries et des pharmacies ont été pillées. “”Des barricades situées en amont ont à chaque fois entravé notre progression“Selon le genre témoignage de suspicion”Faux coup de fil pour nous séduire ailleurs, comme un pompier“. Dans la commune de Morne-à-l’Eau, un commissariat a tiré.

Selon la préfecture, quatre pharmacies ont ainsi fait faillite.

-“”Dureté“-

D’abord et avant tout, la réponse de l’État est “DuretéDimanche, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a expliqué la situation :Insupportable et inacceptable« En Guadeloupe.

“”Par la parole, bloquée par la parole (vaccination), cette petite minorité essaie aujourd’hui de les bloquer pour les intimider avec une violence qui s’intensifie.“, Il a blâmé et suscité.”Aidant menacé“,”Empêcher l’ouverture des pharmacies” Lorsque “L’ambulance est coincée dans un obstacle“.

Depuis l’été, les taux de vaccination ont augmenté en Guadeloupe, avec environ 90 % des soignants vaccinés et près de 50 % de la population générale.

Le Premier ministre Jean Castex, accompagné du ministre des Affaires étrangères Sebastian Le Corne et du ministre de la Santé Olivier Véran, doit se relayer pour accueillir les élus de l’île lundi soir, a autorisé Matignon dimanche à l’AFP.Présenter une analyse de la situation sur le site“. Les réunions doivent aussi être autorisées”Dialogue sur l’issue de la vaccination forcée des soignants et des pompiers.“”

Application L’Express

Analyse de suivi et décryptage où que vous soyez

Téléchargez l'application

Téléchargez l’application

Un appel à la grève générale a débuté lundi sur l’île voisine de la Martinique aux Antilles.


avis

Chronique

Frédéric Filloux est chroniqueur à L'Express et rédacteur en chef de Monday Note.Frédéric Phillow

Tête d’étoile

Stéphane ValenskiStéphane Valenski

Chronique

Crédit : LAURA ACQUAVIVAChristoph Donner

Chronique

Robin Rivaton, essayiste, membre du Conseil d'évaluation scientifique de la Fondation pour l'innovation politique (Fondapole).Robin Rivaton