Guadeloupe : “Village” pour le personnel suspendu au CHU Poant Apitr

Pour la majorité qui sont suspendus depuis la mi-novembre, ils sont pas mal de centaines et sont présents en cela. »Résistance grande« Certains sont là depuis le 9 septembre et le début de la grève de certains personnels.

“”Au début, il y avait peu de chaises. Mais quand nous avons réalisé que nous étions là depuis des mois, nous nous sommes mieux calmés. La vie était composée.Parce que nous voulons vivre», explique Sormain Sandrou, syndicaliste à l’UTS-UGTG.

Dans le pari face au tag “Défaite“Certains services (radiologie, laboratoire, psychiatrie, gastro-intestinal, etc.) ont leurs propres espaces, et drapeaux, peintures, dessins, et même plantes sont plus ou moins soigneusement décorés.

Service limité. 2 mois pour 1 € sans engagement

Il y a aussi des signes d’opposition aux obligations de vaccination des soignants et des pompiers en créole. C’est le point de départ d’une crise qui, après avoir brûlé la Guadeloupe pendant 10 jours, se transforme en violence et s’étend aux revendications sociales.

Tagged masque chirurgical (“”Liberté“), des robes et des petits coffrets en carton sont également suspendus.

La compétition pour le meilleur Burnham est toujours “Gros“, pour “Retrouver la motivation de l’armée, lui donner un peu d’énergie, et créer un +lyanaj+ (lien) entre vos collègues pour rendre le mouvement plus solidaire.», explique Delphine Isaac, ingénieure d’inspection et syndicaliste.

“”Nous en avons besoin pour exister et maintenir notre esprit“Au nom d’elle, ajoute-t-elle, en opposition aux obligations de vaccination.”Droit de disposer librement de son corps“, Et un vaccin contre le Covid-19”Manque de point de vue“.

Selon la direction du CHU, 90 % du personnel respecte les obligations vaccinales, dont 75 % sont vaccinés.

Les temps sont durs, à l’approche de la fin novembre après des mois de conflit et il y a un risque que la plupart des premières fiches de paie des personnes suspendues soient tronquées – environ 15% du personnel travaillant au CHU sera suspendu. , dont la moitié. sont gérés selon le soignant.

Le gouvernement a annoncé jeudi qu’il reporterait la mise en œuvre des obligations vaccinales et lèverait la suspension des soignants acceptant un accompagnement individualisé.

Combien seront-ils ? En tout cas, pour la syndicaliste Solmaine Sandrow, cette annonce est “Ne change rien« Puisqu’il est nécessaire de retirer l’obligation de vaccination, nous continuerons à nous mobiliser.

-“”Vraie souffrance“-

attendre,”La solidarité s’est organisée naturellement“, selon l’employé de la pharmacie Teddy Lunion.”Je vais tout partager un peu ici. Nous étions déjà une famille, nous le sommes encore plus.Voir qui est dans la famille est souvent douloureux“” Il ajouta.

La piscine a été créée pour s’améliorer.”La tente est longue et confortable, avec un pari de 10-12 heures, y compris les samedis, dimanches et jours fériés», selon Delphine Isaac.

L’attaquant pouvait aussi compter sur la solidarité de la population. Le propriétaire du restaurant fournit de la nourriture, de l’eau et du jus aux habitants.

“”Quand tu vas acheter du pain, ça fait chaud au coeur, et la boulangerie te dit + ne paie pas, car ce n’est pas normal que ton salaire s’épuise +« Anne Négoce-Atexide, qui travaille également en pharmacie, précise.

Anne Négoce-Atexide”Prendre comme punition« Sa suspension : »Après des années d’études pour le seul travail que nous aimons, il n’est pas rare que nos salaires soient réduits à cause d’injections dont nous ne voulons pas. Nous avons toujours été dévoués à notre travail.“”

Vendredi, l’attaquant a fait appel à un psychologue. “”Le village a l’air dynamique parce qu’il est beau, mais derrière il y a la vraie souffrance de ceux qui perdent leur emploi et découvrent qu’ils n’ont pas d’argent pour manger avec leur famille.», souligne Delphine Isaac.

Application L’Express

Analyse de suivi et décryptage où que vous soyez

Téléchargez l'application

Téléchargez l’application

Sormain Sandrou est d’accord : “Il est clair que beaucoup sont mentalement stressés par la situation. Mais nous restons unis.“”


avis

Chronique

Pierre Assouline, journaliste, écrivain, membre de l'Académie Goncourt, et chroniqueur de L'Express.Pierre Athrine

Chronique

Rapide! Rapide! Il faut blâmer, justifier, exiger encore une autre loi, imposer au nom du bien et critiquer Abnus Charmani.Abnoussé Shalmani

Chronique

Christoph Donner.Christoph Donner

Chronique

Nicolas Buzou (P. CHAGNON / COCKTAIL SANTÉ)Nicolas Buzo