Hôpital : Face à la cinquième vague, la région revitalise le “plan blanc”


LDes tensions hospitalières commencent à se faire sentir dans certaines régions de France. La cinquième vague de Covid-19 est là, mettant la pression sur plusieurs établissements. Mercredi 8 décembre, plusieurs agences de santé communautaire (ARS) ont annoncé avoir décidé de relancer le « Plan Blanc » dans tous les hôpitaux et cliniques. Les régions Il de France, Pays de la Loire, Occitanie et Bourgogne-Franche-Conte sont préoccupées par cette revitalisation.

Après la Corse la semaine dernière et la Provence-Alpes Côte d’Azur mardi, le “Plan Blanc” a repris dans six agglomérations. Cela permettra notamment d’interrompre le programme de travail et de relocaliser le personnel vers les services de soins intensifs. L’ARS Ilde France a justifié cette décision par “les tensions s’accentuent depuis plusieurs jours”. Les établissements de la région comptent 2 608 patients Covid admis mercredi, dont 505 en soins intensifs.

Activités non programmées

A l’approche des vacances de Noël, en prévision d’une “montée progressive”, le “Plan Blanc doit permettre d’organiser des aménagements” pour mettre les vacances à disposition “des soignants”. « Fin d’année » s’ajoutera une agence d’Ile de France qui a également réactivé la « Cellule d’Enrichissement RH ». Dans d’autres régions, nous avons déjà choisi de réduire l’activité hospitalière pour relocaliser les talents. Ainsi, l’ARS Pays de la Loire a exhorté les établissements publics et privés à « déprogrammer 20 % des activités médico-chirurgicales tout en maintenant l’intervention urgente ».

Lire à nouveauStratégie Coignard-Anti-Covid : Tête, je gagne, Tête, tu perds !

En Occitanie, l’ARS a également évoqué la possibilité de « déprogrammer pas à pas certaines opérations peu prioritaires » sans fixer d’objectifs à ce stade. Actuellement, les patients Covid occupent un tiers des 560 unités de soins intensifs de la région, dont “l’occupation a atteint 92%” et “et certains départements” pour tous les patients confondus. C’est 100 %. Le même phénomène a été observé en Bourgogne-Franche-Comté, où “plus de 600” malades du Covid ont été hospitalisés “dont 100 en réanimation”, a souligné l’ARS, et “se sont écartés” de certaines activités. J’ai besoin de le programmer.»

Prédire la saturation des services

Dans les Hauts-de-France, l’ARS a lancé un “plan blanc” dans plusieurs territoires comme l’agglomération lilloise, Enault et l’Oise, avec “114 lits de soins intensifs et 260 supplémentaires” J’ai demandé que le “lit médicalisé” soit ouvert d’ici le milieu de l’année. -Décembre « Prévoir le risque de saturation de fin d’année ».

Lire à nouveauCovid-19 : pourquoi les variantes Omicron sont plus inquiètes que Delta

Mardi, l’ARS Provence-Alpes-Côte d’Azur a lancé “un appel à tous les professionnels de santé bénévoles (étudiants, retraités, indépendants, salariés) de la collectivité pour soutenir l’équipe soignante de l’hôpital”. .. Dans d’autres agglomérations, de nombreux établissements comme les CHU de Bordeaux, Lyon, Rennes et Strasbourg ont lancé le « Plan Blanc » sans attendre les instructions de l’ARS.