Hybrides d’ânes produits pour la guerre il y a 4 500 ans


BLes chevaux domestiques n’ont été introduits en Mésopotamie qu’il y a 4000 ans, mais il existe de nombreuses preuves que les humains utilisaient des chevaux dans cette partie du monde il y a des siècles. Qu’il s’agisse de texte ou d’iconographie. Ainsi, le célèbre étendard d’Ur, une mosaïque sumérienne d’il y a 4 500 ans, montre qu’il tire déjà des chars sur le champ de bataille. Un animal non identifié dont la nature exacte fait l’objet de discussions.

Pour élucider ce mystère historique, une équipe de chercheurs spécialisés en paléogénétique l’a retrouvé au funérarium princier à Umuel, dont le Français de l’institut, Jack Monod (CNRS-Université de Paris).Nous avons entamé des recherches sur le génome des chevaux qui ont été utilisé. -Mara, 4 500 ans, située au nord de l’actuelle Syrie. Le spécimen qui, selon les experts, pourrait être le célèbre Kungus.

Hybride très spécial

Les génomes de ces animaux peuvent être comparés aux génomes des ânes sauvages syriens dégradés mais dégradés, mais malheureusement éteints de la famille des Hemionae, ainsi qu’aux chevaux et aux ânes domestiques. A cette occasion, des scientifiques ont séquencé le génome d’un cheval retrouvé à Gobeklitepe, le plus ancien temple connu à ce jour.Le résultat de ce travail vient d’être publié dans la revue Avancées scientifiques, Ne manque pas d’intérêt.

Les chevaux suspectés d’être Kungus sont des hybrides très spécifiques, selon l’analyse effectuée. Résultat de l’accouplement d’un âne domestique avec un âne sauvage mâle de type hémione. Chacun de ces animaux est un hybride de première génération, car ces animaux n’ont pas pu se reproduire. Dès lors, pour espérer donner naissance à “Kunga”, il fallait gérer systématiquement le liage des ânes aux hémions sauvages préalablement capturés. De quoi en faire le plus ancien exemple connu d’hybride animal produit par un mâle. Le but est d’obtenir un animal qui combine les qualités des deux espèces, apparemment plus fort et plus rapide qu’un âne, mais plus obéissant qu’un hémion.