IATSE, AMPTP reprennent les pourparlers de négociation ; Les travailleurs se préparent à une grève possible – The Hollywood Reporter

by Oliver Carr | Last Updated: October 12, 2021

Une semaine après que les membres de l’IATSE ont voté massivement pour autoriser son syndicat à déclencher une grève potentielle, l’Alliance internationale des employés de la scène théâtrale (IATSE) et l’Alliance des producteurs de films et de télévision (AMPTP) étaient de retour à la table de négociation lundi, alors qu’Hollywood attendu d’autres informations sur les pourparlers.

Les négociations ont repris mardi dernier et se sont poursuivies tout le week-end, au cours duquel plusieurs groupes de membres du syndicat se sont réunis pour créer des signes de piquetage, si le président international de l’IATSE, Matthew D. Loeb, appelait à la grève. Certains comptes Instagram, ainsi que Local 600, qui a organisé un événement de fabrication de panneaux aux côtés des sections locales 700 et 44, a partagé des images de panneaux indiquant « Nous ne sommes pas un élément de campagne » et « Luttons pour un salaire décent. »

Vendredi, Loeb a déclaré dans un communiqué diffusé par les sections locales aux membres que, lorsqu’il s’agit de la prochaine étape, “C’est une question de jours, pas de semaines”. Au moins certaines sections locales ont également dit à leurs membres qu’elles sont déterminées à négocier avec les studios, mais à un moment donné, si une entente n’est pas conclue, des mesures seront prises.

« Il y a eu du mouvement mais [negotiators] sont encore très éloignés », a déclaré lundi un initié du syndicat informé de l’état des négociations. “Je crois comprendre qu’ils continuent de s’engager dans des négociations tout en se préparant comme la construction de panneaux de piquetage ce week-end au cas où nous en aurions besoin.”

Une source du studio a déclaré qu’ils ne pouvaient donner “aucune mise à jour réelle, à part que des discussions sont en cours”. En termes de chronologie, “Je pense que tout le monde partage une façon” plus tôt que tard “de voir les choses”, a ajouté la source.

L’enjeu est un nouvel accord de base pour 13 sections locales de la côte ouest ainsi qu’un nouvel accord sur les normes régionales et un accord sur les bandes vidéo, qui ont tous expiré. Environ 60 000 travailleurs du divertissement, dont des directeurs de la photographie, des monteurs, des costumiers, des maquilleurs, des maquilleurs et des coiffeurs, travaillent dans le cadre de ces accords. Certains travailleurs de l’IATSE disent qu’on leur a dit au cours du week-end de ramener leurs effets personnels à la maison, apparemment en prévision d’un éventuel arrêt de travail.

Alors que les pourparlers ont repris la semaine dernière, des sources syndicales ont déclaré Le journaliste hollywoodien qu’ils ont rencontré de la résistance dans leur pression pour une plus grande application des pauses-repas et des périodes de repos le week-end, des taux minimums plus élevés pour les métiers peu rémunérés, des résidus de flux plus élevés et des améliorations des conditions de travail. La semaine dernière, une source du studio a déclaré : « En général, je dirais que nous ne sommes probablement pas très éloignés l’un de l’autre sur bon nombre de ces [points]”, mais que les week-ends n’avaient pas encore été pleinement abordés dans les pourparlers. Les deux parties ont eu des discussions productives sur les pauses-repas et ont progressé sur les initiatives de diversité, d’équité et d’inclusion. Avant que le syndicat ne puisse déclencher une grève, il doit remplir une obligation légale de négocier de bonne foi avec les studios, rappelle l’initié du syndicat.

Treize sections locales sont couvertes par l’accord de base, dont la plus importante, la section locale 600, l’International Cinematographers Guild, comptant 9 000 membres (92 % de ses membres éligibles ont participé au vote d’autorisation de grève, avec 99 % votant « oui »). La section locale 700, la Motion Picture Editors Guild, est également l’une des plus importantes avec 8 500 membres (elle a indiqué que 92 pour cent de ses électeurs éligibles ont participé, avec 98 pour cent votant « oui »).

L’entente de base couvre également la section locale 800 (directeurs artistiques), la section locale 44 (artisans affiliés à la propriété), la section locale 80 (prises de main de studio, service d’artisanat, médecins de plateau, employés du service maritime et d’entrepôt), la section locale 695 (techniciens du son de production, ingénieurs de télévision , techniciens d’assistance vidéo et projectionnistes de studio), section locale 705 (costumiers de films), section locale 706 (maquilleurs et coiffeurs), section locale 728 (techniciens en éclairage électrique de studio), section locale 729 (peintres de décors et auteurs d’enseignes), section locale 884 (professeurs de studio ), la section locale 871 (superviseurs de scénario/continuité, coordonnateurs, comptables et spécialistes connexes de la production) et la section locale 892 (concepteurs de costumes).

Le syndicat a révélé le 4 octobre que plus de 98 pour cent des membres éligibles du syndicat ont voté pour autoriser une grève. Alors qu’une grève entraînerait des arrêts de travail sur les projets syndicaux à l’échelle nationale, elle n’affecterait probablement pas directement les productions produites dans le cadre de l’accord commercial du syndicat, de l’accord sur les petits budgets et de l’accord sur la télévision payante.