Immigrés : Dalmanin attend un accord entre l’Union européenne et le Royaume-Uni


N.-É.Elald Dalmanin a été catégorique sur le passage d’immigrés clandestins ce lundi 29 novembre. Le ministre de l’Intérieur a fermement affirmé que l’accord de Tuke à la frontière franco-britannique ne faisait “aucun doute”. Il a également exprimé l’espoir d’un accord entre l’Union européenne et le Royaume-Uni.

M. Dermanin a déclaré qu’un “consensus entre l’Union européenne (UE) et le Royaume-Uni” est nécessaire car “ce ne peut pas être un simple accord de rentrée des immigrés sur le territoire français” et rejette fermement la proposition du Premier ministre bottom . .. Il s’est exprimé lors d’une conférence de presse à l’issue de la matinée du Conseil de sécurité intérieure et de défense, présidée par le chef de l’Etat Emmanuel Macron, consacrée à la lutte contre les traversées du détroit par les migrants clandestins.

Lire à nouveauRoute secrète vers l’Europe

L’accord unilatéral a été rejeté

” Que voulons-nous, c’est un accord équilibré qui apporte une vraie solution, y compris aux problèmes de la France et de l’Europe ? “, a-t-il soutenu. […] Nous ne voulons pas d’un accord à sens unique. Gerald Darmanin a annoncé mardi que le Premier ministre Jean Castex enverrait à son homologue Boris Johnson une lettre proposant de travailler sur l’accord.

“Il s’agit d’un accord qui réglemente le travail entre le Royaume-Uni et les États frontaliers dans le cadre des immigrés qui n’a pas été négocié lors du Brexit”, a souligné le ministre. Dermanin a également rejeté la « question » de l’accord Tuke (2004), qui plaçait la frontière britannique du côté français, comme le suggéraient certains opposants, et le texte faisait des immigrés légitimes.

En outre, il a mis en garde les Britanniques contre toute tentative de refoulement vers la mer des migrants arrivant sur leurs côtes. Ce sera une “ligne rouge inacceptable”. “Le Royaume-Uni n’est pas exempt du droit international”, a-t-il assuré, “nous n’acceptons jamais la pratique de repousser en mer”.

Il y a 150 000 demandes d’asile chaque année en France

Tôt lundi matin, Gerald Dalmanin a exhorté la Grande-Bretagne à lancer “l’accès légal aux immigrés” et à assumer sa “responsabilité”. “Qu’en est-il de l’anglais ? Eh bien, qu’ils changent leurs lois et qu’ils en assument la responsabilité”, a-t-il déclaré sur BFM/RMC.

Le ministre a souligné la nécessité de lutter contre les passeurs et a annoncé un doublement des effectifs du bureau central dédiés à la lutte contre les immigrés clandestins. Il se rendra en Slovénie mardi et en Pologne vendredi pour discuter de cette question dans le cadre de la préparation du Conseil des ministres européens de l’Intérieur du 9 décembre.