Incident OL-OM : Lyon a été pénalisé pour des points solides et le match a été rejoué à huis clos au Group Ama Stadium.

Un point de penalty solide, un match privé qui a déjà servi de mesure de précaution contre Reims, et un match OL-OM qui se rejoue dans une salle fermée du Groupe Ama Stadium. Il s’agit d’un verdict de sanction disciplinaire prononcé contre la dame de bureau ce mercredi soir.

La dame de bureau, qui a déjà abandonné le groupe de tête, est toujours à la 12e place du championnat, mais est tirée au sort avec 22 points, immédiatement suivie par Nantes. Le match à rejouer sera décidé ultérieurement par la Commission Compétition LFP.

“L’intention de la Commission est de rappeler que la violence contre les joueurs pendant un match, et la violence contre les joueurs clés, exposent le club responsable de la pénalité pour perte de points”, a déclaré le président de l’action disciplinaire Sebastian.・ Denu. Le corps de la ligue.

Ce dernier a souligné la situation d’atténuation pour les femmes de bureau. « La Commission a examiné l’identité de l’auteur du jet de bouteille, et donc la possibilité de voir des sanctions par la justice pénale. Jusqu’à 6 mois de prison avec sursis. Depuis le début de la saison, le Club lyonnais La relation avec était pas à domicile ni à l’extérieur. Nous ne sommes pas sur le terrain. L’évolution de la situation depuis le début de la saison a été prise en compte dans notre décision, mais néanmoins, d’autres clubs de L1 ou L2. Il n’était pas opportun de pénaliser Lyon jusqu’à l’échec. “

Le comité était déjà dans une situation difficile cette saison. Il y a deux mois, l’instance a imposé un retrait de deux points à Nice, dont un suspendu et la session de trois matchs terminée. Survenu lors de Nice-OM le 22 août-Déjà en raison d’un jet de bouteille à Peyer, les supporters ont déjà envahi le terrain et une bataille générale.

“Je suis très surpris de ce genre de comportement.”

Dans une situation assez lourde, balancée par une vague d’incidents graves depuis cet été et entretenue par les dirigeants lyonnais et marseillais, le football français attendait la décision de mercredi, mais généralement à la mi-décembre. .

Ce mercredi soir, Sébastien Deneux a condamné les foudres du directeur de la communication de l’OM Jacques Cardoze devant le siège parisien du championnat. Dans la forme, se présenter au siège de la ligue lors d’un débat en commission indépendante participe d’une forme de pression à peine voilée. En gros, c’est complètement faux. L’absence de citations à comparaître de l’OM correspond à une logique très simple. Le comité a considéré la seule responsabilité de la dame de bureau (…). L’existence d’un OM qui contrôle la responsabilité de la dame de bureau n’était pas absolument nécessaire. “