J’ai “fauché” avec des mémos mais “Ma position n’a pas changé” en spécial – The Hollywood Reporter

Le co-PDG de Netflix, Ted Sarandos, s’est excusé pour ses communications au personnel au sujet de la dernière comédie spéciale de Dave Chappelle Le plus proche, notant qu’il a « merdé » et aurait dû reconnaître que ses employés étaient « en souffrance » par la décision du géant du streaming de diffuser l’émission spéciale.

Parler avec Le journaliste hollywoodien par téléphone mardi soir avant le débrayage et le rassemblement prévus des membres du personnel mercredi, Sarandos a affirmé que le spécial de Chappelle était conforme à la position de l’entreprise envers «l’expression artistique» et a déclaré qu’il ne pensait pas qu’il serait «approprié» d’ajouter un avertissement sur le contenu préjudiciable avant le spécial. (L’interview ci-dessous a été légèrement modifiée pour plus de clarté.)

Vous avez écrit deux notes au personnel de Netflix sur vos réflexions sur le spécial Dave Chappelle et en particulier sur la façon dont vous ne croyez pas que le contenu à l’écran se traduit par des dommages dans le monde réel. Cette déclaration a été repoussée par le personnel et des organisations comme GLAAD. Votre position à ce sujet a-t-elle changé depuis ?

Non, ma position n’a pas changé. Je peux vous dire que j’ai foiré ces communications de deux manières. L’un d’eux était que j’aurais d’abord et avant tout dû reconnaître dans ces e-mails qu’un groupe de nos employés souffrait et qu’ils se sentaient vraiment blessés par une décision commerciale que nous avons prise. Et moi, au lieu de le reconnaître d’abord, je suis allé directement dans quelques raisonnements. Et donc tout d’abord, je dirais que ces mails manquaient d’humanité, dans lesquels j’aime et je communique généralement avec nos équipes.

Je dirais que l’autre était que – c’est le problème lorsque vous avez un e-mail divulgué hors contexte, est-ce qu’il fait partie d’une conversation déjà en cours, et cette ligne de causer des dommages dans le monde réel était bien trop simpliste et parler de quelque chose de très spécifique dont nous parlions plus tôt dans la journée. Bien sûr, le contenu, la narration provoquent des changements dans le monde, parfois extrêmement positifs et parfois négatifs. Ce changement que la narration peut générer dans le monde est ce qui m’inspire à venir travailler tous les jours. C’est exactement ce que nous faisons. Vous m’avez entendu parler de cela dans des entretiens après entretiens, et chaque employé de cette entreprise m’a entendu chanter les louanges du travail que nous faisons exactement dans cet espace. Ce n’était donc que des communications internes très maladroites qui ont été rendues publiques.

Juste pour clarifier, pensez-vous que le contenu à l’écran peut se traduire par des dommages ?

Je pense à 100% que le contenu à l’écran peut avoir un impact dans le monde réel, positif et négatif.

Mais en ce qui concerne votre position sur le maintien de la spéciale Chappelle [on Netflix], ça n’a pas changé ?

Quand nous pensons à ce défi, nous devons divertir le monde, une partie de ce défi signifie que vous avez un public avec des goûts différents, des sensibilités diverses, des croyances diverses. Vous ne pouvez vraiment pas plaire à tout le monde ou le contenu serait assez ennuyeux. Et nous disons d’emblée à nos employés que nous essayons de divertir nos membres, et que certains contenus sur Netflix ne vous plairont pas, et donc ce genre d’engagement envers l’expression artistique et la libre expression artistique est parfois en conflit avec les gens se sentent protégés et en sécurité. Je pense que c’est quelque chose avec lequel nous luttons tout le temps lorsque ces deux valeurs se heurtent l’une à l’autre.

Mais je pense que l’inclusion de la spéciale sur Netflix est cohérente avec notre offre de comédie, elle est cohérente avec la marque de comédie de Dave Chappelle et c’est… l’un de ces moments où il y a quelque chose sur Netflix que vous n’allez pas aimer.

Le groupe ressource des employés trans qui organise [Wednesday’s] débrayage virtuel, ils sont censés vous présenter cette liste de demandes. Netflix est-il prêt à adopter l’une de ces exigences ?

Au cours des deux derniers jours, il s’agissait simplement d’écouter les gens et d’entendre ce qu’ils ressentaient et ce qu’ils aimeraient. Je tiens à dire que nous sommes profondément attachés à l’inclusion à l’écran et derrière la caméra et sur notre lieu de travail.

À l’avenir, je veux m’assurer que tout le monde comprend que nous sommes profondément engagés à soutenir la liberté artistique avec les créateurs qui travaillent chez Netflix. Nous sommes profondément déterminés à augmenter la représentation à l’écran et derrière la caméra, et nous apprendrons toujours et nous améliorerons sur la façon de relever ces défis au fur et à mesure qu’ils se présentent.

Les employés ne demandent pas que le spécial lui-même soit supprimé, mais que d’autres mesures, telles que l’ajout d’un avertissement au début [of the special] est quelque chose qu’ils recherchent. Est-ce quelque chose que vous seriez prêt à considérer ?

Le contenu est déjà limité par l’âge pour la langue, et Dave lui-même donne un avertissement très explicite au début de l’émission, donc je ne pense pas que ce serait approprié dans ce cas.

Comment comptez-vous rétablir le moral, notamment auprès de vos employés LGBTQ, compte tenu des événements de la semaine dernière ?

C’est l’une des taxes imposées à toute organisation de travailler à distance et de ne pas travailler ensemble et de croître rapidement pendant cette période. Nous avons beaucoup de gens qui sont nouveaux sur Netflix et qui n’ont jamais rencontré personne ici. Ils travaillent à domicile depuis leur premier jour, et donc probablement ce qu’ils n’ont pas connu, c’est ce genre de renforcement de l’alliance que l’entreprise a envers la communauté LGBTQ+, y compris un investissement massif dans le contenu et les créateurs et conteurs pour représenter LGBTQ+. histoires à l’écran et dans le monde, et je pense à des niveaux sans précédent.

Ce groupe d’employés s’est senti un peu trahi parce que nous avons créé un lieu de travail tellement agréable qu’ils ont oublié que parfois ces défis surgiront, et c’est ce que je veux dire par le fait de ne pas reconnaître dès le départ que les gens seraient blessés.

Toi et Reed [Hastings] ont longuement parlé de transparence radicale, mais compte tenu des fuites récentes et de l’employé qui a été licencié, Netflix peut-il rester attaché à cette culture de transparence parmi les employés ?

Nous sommes profondément attachés à la culture de la transparence. Et cela dépend également d’une grande confiance avec nos employés que nous continuons à sécuriser, mais nous ne prévoyons de modifier aucune de nos opérations internes autour de cela.