Jean-Luc Lahai accusé de viol : ce que l’audience a révélé


N.-É.Six ans après avoir été condamné pour corruption sur mineur, le chanteur Jean-Luc Lahai, 68 ans, a été inculpé de viol et d’agression sexuelle sur mineur et incarcéré. Quinze jours plus tard, après témoignage et contre-interrogatoire de la victime et de l’accusé, les détails de l’affaire ont été progressivement dévoilés.

selon Parisien, la garde à vue de Jean-Luc Lahai s’est rapidement transformée en “dialogue avec les malentendants”. La chanteuse de 60 ans, face aux enquêteurs acharnés et aux criminologues psychologues, ne semble pas comprendre en quoi les relations avec les mineurs posent problème. ..Interrogé sur ses réflexions personnelles sur la minorité sexuelle, le chanteur aurait cité l’exemple d’un couple présidentiel : “Trouver le défaut que Mme Macron a séduit son élève de 14 ans à l’âge de 15 ans. Alors le curseur d’aujourd’hui est un peu autre part […] Je pense que nous avons tous notre propre morale dans cette variation, c’est la partition dans cette note. Il y a des notes qui vont très bien avec d’autres, et il y a des dissonances. “”

Lire à nouveauS’il vous plaît laissez-moi savoir les points.Jean-Luc Lahai a été arrêté pour des soupçons de viol sur mineur

Rapports particulièrement violents

Jean-Luc Lahai a été accusé par deux jeunes femmes d’avoir eu des relations sexuelles violentes en utilisant son aura de célébrité. À un moment critique, l’un d’août 2013 à avril 2015 et l’autre de mai 2016 à février 2018, à la fois de jeunes adolescents vulnérables et gravement touchés par eux-mêmes. J’étais un jeune homme. Ce sont des adultes sexuellement âgés de 46 et 48 ans respectivement, issus de chanteurs qui confirment des relations sexuelles mais nient la violence et parlent de relations consensuelles.

Devant les enquêteurs, Jean-Luc Lahai affirme être confronté à une “coalition de destruction massive” entre les deux victimes, selon des informations quotidiennes. “Elle n’a jamais pleuré, sinon j’aurais arrêté”, confie-t-il à l’un d’eux pour nier les violences. Je ne comprends pas qu’elle continue à me voir après cet abus. “”

Au moment des faits, les premiers requérants âgés de 15 à 17 ans ont toutefois déclaré avoir eu une relation sexuelle très violente et avoir subi des gifles et des coups de cils. Elle a dit à l’enquêteur : « Une expertise médicale faite aux filles note « des traumatismes irréversibles aux parties intimes compatibles avec les abus décrits ». Selon BFMTVL’examen d’un psychologue de Jean-Luc Lahai a montré “des défauts émotionnels” mais “pas de traits tordus ou sadiques”. Jean-Luc Lahaye avoue que les deux jeunes filles n’auraient pas dû dire “oui”.

Confiance des mères de deux victimes

Dans le rapport, les enquêteurs le considèrent comme un véritable prédateur. « Tous les éléments de l’étude ont révélé que Jean-Luc Lahai a utilisé une jeune adolescente immature émotionnellement et sexuellement, fragilisée par des contextes familiaux et environnementaux. profite personnellement d’eux, et découvre comment faire de lui un objet sexuel qui puisse satisfaire tous les désirs et fantasmes. Je savais. “”

Jean-Luc Lahai a revendiqué les victimes, a écrit d’innombrables messages même à minuit, et les a couvertes de cadeaux, de compliments et de promesses d’une belle vie de couple. De la mère. L’un des requérants disait que la mère l’avait emmenée voir le chanteur et l’avait attendu dans la voiture pendant la réunion, et ils étaient déjà à côté de Jean-Luc Lahai “lors d’une nuit intime” à Limoges. Il affirme qu’il occupait sa chambre. .

Lire à nouveauJean-Luc Lahai déchiré entre le FN et les communistes

Dans le cas d’autres requérants, la mère de 40 ans et elle-même, fan du chanteur, ont également emmené sa fille chez lui en toute connaissance de cause du prochain rapport sexuel, et à la demande de Jean-Luc Lahei, leur J’ai accepté de tirer. Elle aurait également offensé sa fille et aurait admis avoir eu des relations sexuelles avec lui. Selon BFMTV, Jean-Luc Lahai est “démoralisé” et “ne se nourrit presque jamais” en prison. Il a fait appel de son placement en détention provisoire, la cour d’appel de Paris se prononce avant le 25 novembre.