Jon Stewart pense que les médias vantent les histoires de conflits, trop centrés sur Trump