Julien Green, un journal où chaque mot vit

J’ai lu la Bible et je me suis inquiété pour l’auteur Léviathan Comme nouvelles du jour.Après la parution de son premier volume Journal completOn comprend pourquoi il a été renforcé par des passages secrets auparavant gardés. Sodome ne valait pas la peine de frapper Dieu à côté du Paris de Julien Green (1900-1998), repeint par l’amour des hommes sauvages.Extrait un journal Ces pages, publiées de son vivant, ont causé une étrange gêne lors de leur publication en 2019. Leur crudité n’est pas satisfaite, il ne suffit pas de jeter une ombre sur la sexualité en colère. Ceux qui rêvent des frais contractuels gratuits d’abîme de désir et de démon de beauté. Dès que nous avons lu ce volume et fini de tousser, deux autres nous ont attaqués, couvrant l’asile aux États-Unis et rentrant en France (1940-1950). Entre-temps, les croyances religieuses de l’écrivain ont refait surface, portant sa sensualité à la douleur de la tentation, qui n’a de pouvoir que lorsque nous les combattons. Si cette quête de pureté renvoie à l’existence comme à la première déchirure et ne se réduit pas à un capital instinctif maîtrisé, c’est une erreur de considérer cette quête comme dépassée. «Mon miroir me prêche un sermon et un autre prêche.» La partie spirituelle du journal, qui s’autocensurait à l’époque, comme le cul, était douce-amère. Triste post-coïtum catholique ? Soyez assuré. La sainteté demeure après-demain, et ces pages ont encore assez de malices et de ragots pour séduire les plus insensibles à l’invisible.

Cette foi nouvellement découverte ne vient pas du ciel, mais de la guerre. Un enfant de 17 ans qui est ambulancier sur le front d’Argonne n’est pas un enfant de 14 ans qui risquait déjà la mort, mais un enfant de 40 ans qui a vu un pays d’adoption se faire humilier par la coopération (” Le”・ Le fond de l’histoire de Pointe et de la France “France”). Car Green, né en France, est américain.Dans la scène tragique du tome 2, l’écrivain réfugié de Baltimore Guide bleu A Paris pour prévenir sa maladie d’un pays qui n’est pas lui. Cet autre amour fougueux nous rappelle l’attachement du public au fait que les étrangers sont les mieux placés pour nous parler car ils ne font pas de transactions banales. Ce n’était pas au moins une des révélations de ce volume, donc c’était inattendu en révélant un homme apparemment insaisissable : il était blindé par le sarcasme d’une double vie pleinement aiguisée. un instructeur consciencieux et acclamé, et un conférencier à l’Office of War Information. En dépit d’être un pacifiste irrésistible, il écrit :

Revenir à Paris en libération peut être désagréable : il annonce une nouvelle période de chasteté, comme le travail, qui piétine l’âme et émousse la colère qu’elle suscite. Cependant, le tome 3 réserve de grands moments, comme Gide, qui rend les portraits en taille-douce plus sensibles, et le délicieux Têtetete de Mauriac. L’autre enchantement est le leader vert. De la littérature, Maître Mason connaît sa cathédrale, donc il connaît Arcana. En tant qu’ingénieur linguistique, il doit maîtriser à la fois l’anglais et le français, et y ajouter le grec, le latin et l’hébreu. Son analyse de Shakespeare et WH Auden est excellente, et son jugement sur notre histoire littéraire de Flaubert à Jennet est aussi précis qu’explosif. Cet homme universel et angoissé pense volontiers que la répétition et même les retards sont fascinants à moins qu’il n’ajoute le doux parfum du temps que ce journal exhale à la verticalité de son obsession. .. A Baltimore et à Paris, quand il l’écrit, il y a toujours des arbres aux fenêtres – l’existence d’un monde délicat et rêveur, de douces palpitations, des promesses venues d’ailleurs. Certains agendas sont des tiroirs et les verts sont des fenêtres : chaque mot respire.

Application L’Express

Analyse et décryptage du suivi où que vous soyez

Téléchargez l'application

Téléchargez l’application

Service limité. 2 mois pour 1 € sans engagement

Dans ma vie. Revue complète, Une édition fondée par Julien Green, Guillaume Four, Carol Auroy, Alexander de Vitri et Tristan de Lafon. Tome 2 : 1940-1945, livre, 1408 pages, 32 euros. Tome 3 : 1946-1950, 1056 p. , 32 €.


avis

Chronique

Christoph Donner, écrivain.Christoph Donner

Chronique

Nicolas Bouzou, économiste et essayiste, est le fondateur et directeur du cabinet de conseil Asterès.Nicolas Buzo

Chronique

Abnoussé Shalmani

Chronique

Donneur de chronique.Christoph Donner