Jura : le roi vigneron Jean-François Ganevato vend sa propriété à un milliardaire russe

Étonnamment, ce que la Revue des Vins de France nominé pour le Vigneron de l’année en 2018 a tout abandonné. Ses vignes, ses bâtiments, son inventaire viticole et ses activités de négoce. Souvenez-vous, peut-être essentiel est le nom de Jean-François Ganevato, qui est devenu un employé de cette nouvelle entreprise, et sa confirmation de sa présence dans les vignes.

Son patron, le milliardaire russe Alexander Pampyansky, est basé à Genève, non loin des vignobles de Ganebat. « J’ai eu des suggestions d’achat, et j’ai été contacté avec lui, explique Jean-François Ganevat. Il aime le vin et ne pouvait pas l’imaginer autrement. Il ne faisait aucun doute que cette relation serait acquise par un investisseur qui ne le pourrait pas. “”

En vendant, les vignerons dont les bouteilles sont de plus en plus vendues sur le marché s’achètent la liberté. « Ma fille ne veut pas prendre la relève. Mon fils est si jeune que je peux m’affranchir de la gestion immobilière et me concentrer sur ce qui m’intéresse : le vin.

Le vin du Jura est de plus en plus attractif

La propriété a été vendue 48 000 € l’hectare et un investissement de 624 000 € a été réalisé sur les 13 hectares qui composent l’ensemble. Un prix qui est considéré comme très sage. « L’objectif principal n’était pas de faire exploser le prix à l’hectare du Jura. Je n’ai plus d’argent pour partir en vacances ! », insiste Jean-François Ganevat.

“C’est une bonne nouvelle”, a commenté Laurent Cortial, directeur de l’agence Rouge Granite, spécialiste de l’univers des vins du Jura. Ce n’est pas un boulevard ouvert aux investisseurs russes et chinois, mais c’est un accord dont tout le monde semble satisfait. Les vignerons indépendants sont soumis à une forte pression, qui a même conduit il y a peu de temps au suicide dans le Jura. “”

Il n’en demeure pas moins que Jura Estate s’annonce plutôt appétissant ces dernières années. En particulier, la valeur des vins du Jura, dont la demande à l’export est croissante, augmente d’année en année. Le grand immobilier de la Bourgogne voisine a déjà réalisé une acquisition prestigieuse dans le Jura. Qu’elle vienne de Russie ou d’ailleurs, cette tendance ne devrait pas s’arrêter là.