La cause de la sclérose en plaques a-t-elle été trouvée ?


VSConnaissez-vous le virus d’Epstein-Barr (EBV) ? Selon une nouvelle étude menée par des chercheurs américains, il est le plus susceptible de provoquer la sclérose en plaques. Pour la première fois, des scientifiques ont identifié la cause de cette maladie auto-immune. Cette découverte suscite des attentes quant au développement de futures thérapies qui permettront le traitement de la maladie, qui touche environ 2,8 millions de personnes dans le monde.

Environ 95% des adultes sont infectés par le virus d’Epstein-Barr et peuvent provoquer d’autres maladies telles que la mononucléose.Une étude publiée dans une prestigieuse revue cette semaine ChimieIndique que le virus est nécessaire au développement de la sclérose en plaques, même si tous les individus infectés ne sont pas atteints de la maladie.

L’hypothèse est étudiée depuis plusieurs années, mais elle est difficile à prouver, notamment parce que le virus est très fréquent et que les symptômes de la maladie débutent environ 10 ans après l’infection. Il s’agit de “la première étude à fournir des preuves convaincantes de causalité”, a déclaré Alberto Asherio, auteur principal et professeur d’épidémiologie à la Harvard School of Public Health.

Lire à nouveauHybrides d’ânes produits pour la guerre il y a 4 500 ans

“Cela suggère que dans la plupart des cas, il peut être évité.”

“Il s’agit d’une étape importante, car elle suggère que la plupart des cas de sclérose en plaques peuvent être évités en arrêtant l’infection par le virus Epstein-Barr”, a-t-il cité dans un communiqué. “Cibler ce virus pourrait conduire à la découverte de remèdes. Les chercheurs ont suivi plus de 10 millions de jeunes adultes dans l’armée américaine pendant 20 ans, dont 955 sont fréquemment en service. On m’a diagnostiqué une sclérose.

Selon cette étude, le risque de développer une sclérose en plaques a été multiplié par 32 après une infection par le virus d’Epstein-Barr, mais n’a pas changé après une infection par d’autres virus.Selon un chercheur de l’Université de Stanford qui a publié un commentaire sur l’étude dans la revue ChimieD’autres facteurs, tels que des facteurs génétiques, peuvent jouer un rôle dans le fait que la maladie se développe ou ne se développe pas.

La sclérose en plaques est une maladie auto-immune du système nerveux central (cerveau et moelle épinière). Il provoque la destruction du système immunitaire et attaque la myéline, la gaine utilisée pour protéger les fibres nerveuses. La maladie, qui évolue par « poussées », est très variable d’un patient à l’autre, mais peut entraîner des séquelles et est l’une des causes fréquentes de handicap chez l’adulte jeune. La société américaine Moderna a annoncé la semaine dernière avoir entamé des essais cliniques d’un vaccin contre le virus d’Epstein-Barr chez l’homme.

Lire à nouveauGènes d’algues qui réparent la vue