La modélisation 3D, un nouvel outil d’expertise des violences policières

Massacre de la Chevaline en 2012, attentat de Nice en 2016, affrontement de Miras en 2017 : Depuis une dizaine d’années, des experts de la gendarmerie, et plus récemment de la police, testent cette technologie dans les incidents médiatiques les plus complexes.

Un scanner laser placé sur un trépied installé sur une scène de crime prend et numérise des images à 360°. Ces emplacements seront reconstitués le plus fidèlement possible à partir du nuage de points, permettant aux enquêteurs de s’y déplacer. Son apparence est comme une vidéo. Jeu.

Utilisée en petite quantité jusqu’au milieu des années 2010, la modélisation 3D est aujourd’hui une pratique d’enquête de plus en plus exigeante par les tribunaux.

Service limité. 2 mois pour 1 € sans engagement

“”Au cours des trois dernières années, j’y suis allé environ 40 fois par an. Il y a dix ans, c’était moins d’un an», explique à l’AFP Philippe Esperança, un expert légiste agréé par la Cour de cassation.

-“”Révolution probatoire“-

Pour la première fois il y a quelques mois, un juge d’instruction lui a demandé de reconstituer en 3D une scène d’un coup de feu tiré par un policier dans une voiture marseillaise à partir d’environ 15 secondes de vidéos témoins, de photos et de lieux du bas. De la prise.

“”Les policiers ont déclaré que le conducteur de la voiture se précipitait vers lui avec l’intention de l’écraser. Le conducteur a déclaré qu’il n’avait jamais rencontré de policier avant d’accélérer. Le but était de permettre au juge de paix d’avoir une perspective ainsi que les déclarations des différents partis politiques.», résument les experts.

Cette méthode semble convaincre les robes noires des deux côtés du court.

“”C’est le sens de l’histoire.Plus vous pouvez vérifier les capacités techniques et plus il y a de contradictions avec l’enquêteur, plus cela devient utile.», souligne Me Thierry de Montbrial, spécialiste de la défense policière.

La modélisation 3D est “Se rapprocher de la vérité« Il existe de nombreux Me Arié Alimi connus pour assister les victimes en cas de violences impliquant la police et la police militaire.

“”Comme pour l’ADN, nous sommes confrontés à une révolution probatoire.“” Il dit.

Selon l’avocat, “De plus en plus de cas de violences policières dans lesquels des experts en reconstruction numérique sont confisqués” maïs “Il faut éduquer le juge matin et soir“Pour les persuader de l’utiliser.

-“”Sous surveillance“-

Dans le même temps, d’autres experts de l’expertise de la société civile ont émergé, créant une contre-enquête sur le cas médiatique.

Le London Institute Forensic Architecture (FA), connu pour ses modèles 3D de zones de conflit depuis 2011, s’est intéressé au cas d’Adama Traoré et Zineb Redouane en collaboration avec le journal Le Monde et le site de recherche Disclose.

L’ouvrage utilisé par le préfet de police nationale (IGPN) pour établir un rapport d’enquête administrative sur l’octet décédé à Marseille fin 2018 après avoir été touché par une bombe lacrymogène. “”Cela nous a aidé à bien placer tout le monde“Sur les lieux des faits, révèle la source policière à l’AFP.

Francesco Sebregondi, le créateur de ces modèles FA, a créé l’Index des agences en octobre 2020, “Cas de violence nationale“En France.

L’équipe est composée d’experts de disciplines variées (architecture, résistance des matériaux, biologie moléculaire, etc.), travaille sur les informations disponibles dans les dossiers judiciaires, et met en libre accès photos et vidéos sur le web. . ..

“”Pratiquez le format + wearable +« Le fondateur de l’indice reprend et explique ses récents concepts du Canada.Surveillance par le bas“.

Pour la première fois, le juge venait de les nommer experts dans l’affaire, et Sebregondi a déclaré : «Opacité et impunité“.

Application L’Express

Analyse de suivi et décryptage où que vous soyez

Téléchargez l'application

Téléchargez l’application

“”C’est très bien pour les juges de sécurité d’utiliser leurs compétences là où ils sont“Je soutiens le juriste Philip Esperanza, mais il se souvient.”Les experts sont là pour aider la justice, pas pour aider les policiers et les victimes“.


avis

Chronique

Frédéric Filloux est chroniqueur à L'Express et rédacteur en chef de Monday Note.Frédéric Phillow

Tête d’étoile

Stéphane ValenskiStéphane Valenski

Chronique

Crédit : LAURA ACQUAVIVAChristoph Donner

Chronique

Robin Rivaton, essayiste, membre du Conseil d'évaluation scientifique de la Fondation pour l'innovation politique (Fondapole).Robin Rivaton