La SNCF a supprimé plus de 1 900 emplois en 2020. C’est 1,3 % des employés.

En 2020, la SNCF a réduit l’emploi de 1 946 personnes, et l’effectif total du groupe ferroviaire public a diminué de 1,3 % par rapport à 2019 à 150 774 personnes. A titre d’exemple, Postes), “Executive College Augmenté de 1,6%” et 548 postes ont été créés, tout en mentionnant le management dans un bilan social consulté par l’AFP. Le nombre de superviseurs a diminué de 0,8 % et 374 postes ont été supprimés. Par rapport à 2018, l’effectif total a diminué de 3,2 % et 5 046 postes ont été supprimés.

2020 était l’année où s’est achevée l’embauche au poste de cheminot, mais la direction a déclaré que “l’embauche en décembre 2019 est entrée en janvier 2020”, il est donc possible d’embaucher cinq agents. J’ai pu le faire. L’année dernière, le groupe a embauché un total de 3 846 personnes, mais après 4 121 personnes embauchées en 2019, le nombre d’embauches a baissé de 6,7%.

« Climat lourd et lourd »

Tant l’UNSA Railroad que le syndicat SUD-Rail ont qualifié ce rapport social de « catastrophique ». Concernant l’unsa ferroviaire, avec le bilan de la « continuité de précédent », « la découverte est alarmante ». Le deuxième syndicat de la SNCF constate une augmentation des départs durant la période d’essai (360 départs, + 22,4 % par rapport à 2019). La direction déclare que ces retraits s’ajoutent aux “niveaux observés en 2018 après la baisse de l’année dernière”.

Cependant, Railway Unsa déplore qu'”il y ait trop d’agents” et “je suis inquiet au sein du groupe” à tous les niveaux de l’entreprise. Depuis plusieurs mois, notre organisation syndicale n’a de cesse d’alerter la direction de la SNCF sur le climat lourd et pesant”, a-t-elle souligné, “une méconnaissance”, “un gel des salaires”, un cadre “non défini” de “restructuration totale” et d’ouverture à la concurrence.

SUD-Rail s’élève également contre la “dégradation des conditions sociales” et critique les “rapports sociaux catastrophiques” produits “chaque année” par la SNCF, y compris 2020, comme “ne faisant pas exception aux règles”. Le troisième syndicat du groupe blâme le “choix” de la direction de “réduire le travail sur site tout en embauchant des cadres”. “Comme l’année précédente, c’est le poste d’exécution qui sera plus touché qu’autre chose”, accuse SUD-Rail en 2020.