La vente des Hospices de Beaune fait grimper les prix : 800 000 € au Bureau Ovale

Le vin de Bourgogne, qui a été frappé par le gel du printemps dernier, qui a détruit la moitié de la récolte, montre paradoxalement la forme des JO. Cela a été souligné lors de la 161e vente des Hospices de Beaune ce dimanche. La rareté des œuvres vendues aux enchères, en particulier les blancs, a rimé avec la hausse des prix depuis le lancement, menée pour la première fois par Sotheby’s, la plus prestigieuse au monde primée par Christie’s.

Les commerçants font état d’une demande soutenue, y compris aux États-Unis, où les besoins ont augmenté de 14 % en raison de la suppression de la taxe Trump. À l’échelle mondiale, les exportations ont grimpé en flèche de 22 % en volume et de 26 % en valeur.

Au profit de la recherche sur le cancer et les violences faites aux femmes

Il n’est donc pas étonnant que les enchères aient bondi à 70 % ce dimanche après-midi. Beaune Premier Crules Grèves, par exemple, est passé de 13 000 € l’an dernier à 22 000 €. Le même phénomène s’applique au Grand Cru. Magis-Chambertin à hauteur de 130 000 €, en hausse de 37 %.

Cerise sur la pièce du président, Colton Vixen’s Cask dépense cette année 800 000 € (contre 660 000 € l’an dernier) au profit de la recherche sur le cancer (Institut Curie) et les violences faites aux femmes (Solidaritefam).Récompensé, sous la houlette du comédien Pio Marmaï, qui s’est imposé comme un maître-priseur et il est fascinant. Le vainqueur du jour était le groupe Ohno du groupe londonien. L’un de ses leaders est originaire de la Saône-et-Eloir d’Autun.