LaGrande Sécu, 22 milliards de dollars supplémentaires pour l’assurance maladie

Avertissement général ! Mutuelles, mutuelles et organismes préparatoires ont fait feu de tout bois depuis plusieurs semaines pour protéger l’arrière-cour. L’enjeu, c’est le rapport du Haut conseil (Hcaam) sur l’avenir de l’assurance-maladie, demandé par le ministre de la Santé Olivier Véran, et fier de la grande hypothèse sécuritaire.

Partiellement annoncé la semaine dernière par un confrère des Echos. Il offre un élargissement du champ des interventions d’assurance maladie qui couvrent les frais d’utilisation. Ainsi, en élargissant le principe de l’assurance maladie de longue durée (ALD) à 100 %, la complémentaire santé sera supprimée.

Selon la Hcaam, la sécurité sociale coûte 22,4 milliards d’euros par an. Il comprend notamment 8,9 milliards d’euros pour les soins médicaux urbains, 3,3 milliards d’euros pour les hôpitaux, 4,6 milliards d’euros pour les produits pharmaceutiques, et environ 2 milliards d’euros pour le « 100 % santé ». Libérés des cotisations complémentaires, les Français qui économiseront 5,4 milliards d’euros de frais administratifs devront faire face à une augmentation obligatoire des prélèvements pour financer les réformes.

“Cela ne veut pas dire qu’il y a un projet gouvernemental.”

Dans le cadre de ce système, l’assuré n’est responsable que des frais de dépassement, d’optique sur 100 % de santé, de dentisterie, d’appareil auditif, de suppléments dans les chambres individuelles d’hôpital, etc. De nombreux Français décident qu’aucune santé supplémentaire n’est nécessaire. Hcaam prévoit que les ventes de ces organisations diminueront d’environ 70 %.

Séduisant sur le papier, mais complémentaire, il explique en quoi ce système peut nuire à l’innovation et à la gestion des dépenses. Entre autres, ils pointent une dérive vers le modèle espagnol ou anglais partagé entre les assurés : ceux qui ont les moyens de payer les excédents et d’autres qui devraient rester dans le système public avec temps d’attente.

Pour la complémentaire santé, voir les pieds du ministre de la Santé Olivier Véran dans ce réflexe. « Il est impliqué dans ce projet depuis des années », nous a récemment confié le patron de la mutuelle. C’est un idéalisme. Des responsables ont fait le point dans une question au gouvernement au Sénat mercredi, estimant que la mission de remords confiée à la Hcaam “ne veut pas dire qu’il y a un projet gouvernemental sous-jacent”. “Le passage de la complémentaire santé à l’assurance maladie se traduira par un passage des cotisations indirectes aux cotisations sociales ou à une augmentation des impôts”, a-t-il ajouté.or […] Ce gouvernement n’augmentera en aucun cas les impôts. “”