L’avocat de Nicolas Hulot : “On nage au milieu de la télé-réalité !”


N.-É.e-point :Production deCorrespondant Il accuse Nicolas Hulot de viols et d’agressions sexuelles et propose à plusieurs femmes de venir ce soir s’expliquer sur un plateau d’émissions le mettant en scène. Votre client refuse de le faire. Pourquoi ?

N.-É.e Alan Yakubowich : Nous avons demandé à Élise Lucet et à l’auteur du rapport (qui ne l’a jamais vu) d’en fournir une copie afin qu’ils puissent le consulter et préparer une réponse. N.-É.moi même Lucet a refusé de le faire et était heureuse de nous donner un aperçu de quelques extraits du programme qu’elle a choisi. Élise Lucet dit : « Venez, voyez et protégez-vous », comme si elle était convoquée par la PJ ou devant le procureur. Elle estime qu’à partir du moment où elle nous donne l’occasion de parler, elle applique et respecte les principes de l’enquête hostile. Pas du tout! Dans la seule procédure judiciaire valable, le prévenu sera informé des faits incriminés avant de s’expliquer. Il connaît l’identité du requérant qui l’a impliqué avant de leur faire face. Il a un avocat et un dossier. À tout le moins, je veux savoir qui accuse Nicolas Hulot et quel est le minimum. Non, Mme Lucet refuse de le faire ! Elle évoque le “secret de la source”, qui n’a rien à voir là-dedans ! C’est très grave car on parle ici d’accusations, pas de “sources”. La contradiction aurait souhaité qu’on puisse regarder le film, faire le point avec notre client, et que le client puisse venir s’expliquer. Cependant, ce n’est pas l’approche qui nous est proposée. Russet nous dit : Comme ça, je le filmerai en train de regarder l’émission et je lui donnerai la parole. J’imagine le visage d’Elise Russet déçu. Ce n’est pas du journalisme, encore moins de la justice, c’est de la télé-réalité. Nous nageons en plein voyeur.C’est ici Étoile AC Bien plus flippant, je dis ça : ce processus est horrible ! C’est d’autant plus vrai, comme il le dit : « Si Nicolas Hulot refuse de venir s’expliquer, c’est qu’il est coupable. Franchement, ça peut être agaçant !

Lire à nouveauJustice-Roman Polanski, Adèle Haenel : N’ignorez pas la loi !

Que savez-vous des faits contenus dans le rapport?

Il y a deux séries de faits : la fellation ou la tentative de fellation [un crime en droit, NDLR], aurait été violée par une lycéenne de 16 ans dans un parking en 1989.Et les agressions sexuelles [des délits].. Tous ces faits sont stipulés.

Inculpations et jugements sont prononcés en direct devant des millions de téléspectateurs. Je dis ça : c’est scandaleux et dégoûtant.

es-tu sûr?

Oui, il n’y a pas d’autre enquête sur ces faits. Rien n’empêche les victimes de porter plainte, mais à partir du moment où les faits sont définis – et c’est un parfait paradoxe – le journaliste devrait ainsi les reconquérir car il ne peut plus être défendu. dans le cadre du procès proprement dit, s’est déroulé de manière équitable et hostile, conformément aux règles de droit. A quoi assiste-t-on parce que ce n’est plus possible ? Les procès médiatiques remplaceront les poursuites judiciaires devenues impossibles, et ces deux chemins parallèles ne seront jamais rencontrés. Qu’a dit le procureur de Saint-Malo après avoir classé les plaintes de Pascal Mitterrand ? [la fille de Gilbert Mitterrand, fils de l’ancien président, avait accusé Nicolas Hulot de viol en 2008]Qui n’a pas voulu publier son cas ? Non seulement ils étaient prescrits, mais ils étaient mal établis, ce sont les termes. Quoi qu’il en soit, nous continuons à les évoquer comme s’ils étaient arrivés et à leur reprocher d’avoir fait passer les principes de prescription. Dans les médias, inculpations et jugements sont prononcés en direct devant des millions de téléspectateurs. Je dis ça : c’est scandaleux et dégoûtant.

Lire à nouveauLes faits derrière le démenti de Nicolas Hulot

Pourquoi ?

Dans ce type d’entreprise, c’est souvent un mot et l’autre. Les doutes ne devraient être poursuivis que sur la base d’accusations matérielles et profiter à l’accusé, qui sont vérifiées et discutées de manière contradictoire. Les mots du blâme ne devraient pas avoir préséance sur les mots des répondants. Mais c’est ce qui se passe dans les procès médiatiques. Nous assistons à un renversement complet de la charge de la preuve, et bien que les paroles de l’accusé soient suffisantes, l’accusé doit apporter la preuve de son innocence. Cette présomption de péché est complètement folle, ce n’est qu’un déni de droit ! La plupart des avocats sont choqués par ce processus. Cela constitue une déviation complète de notre système juridique.

N’est-il pas tout aussi sain pour les victimes de s’exprimer ?

Ce que je blâme n’est pas la cause, mais la façon dont les choses se passent. Il ne s’agit pas d’une enquête sérieuse mais unilatérale sur un système défectueux. Russet est un militant, pas un journaliste. La plupart de ses prétendues enquêtes ont été menées. Bravo la fonction publique !

Lire à nouveauViolence sexuelle : appel politique #MeToo pour 285 femmes

Comment votre client aborde-t-il la diffusion de l’émission ?

C’est terrible, que veux-tu me dire ? Nicolas Hulot sait qu’il n’y aura jamais de procès, mais il sait qu’il est accusé exactement de la même manière, ne pourra jamais se protéger, et est destiné à rejoindre le camp des accusés. .. Les femmes qui le blâment peuvent-elles être crédibles parce que ce sont des femmes, blâmer les abus sexuels et c’est Nicolas Hulot ? Je dis NON!

Lire à nouveauElve Timime : « S’il vivait aujourd’hui, Corsh serait en prison.