Le Congrès examine une loi pour réévaluer les pensions des conjoints des agriculteurs

Jusqu’à 100 euros ou plus par mois. Le Parlement est décisif par un dernier vote unanime au Sénat jeudi en réévaluant une petite pension pour les agriculteurs, notamment les épouses coopérantes, portée par le chef de groupe du Parti communiste parlementaire André Chassein.

La majorité de droite du Sénat a voté à l’unanimité au Parlement en juin, adoptant le projet de loi d’André Chassein sans amendement. Elle a été inscrite à l’ordre du jour du Haut Parlement dans le cadre d’une « niche » réservée au groupe CRCE, majoritaire au Parti communiste.

Les « conjoints coopérants » des agriculteurs perçoivent désormais en moyenne 604 € par mois pour 150 trimestres et 307 € pour les autres. Le projet de loi prévoit une réévaluation des retraités actuels et futurs à travers une série d’étapes techniques, dont le montant variera.

De nombreuses femmes ont été touchées

D’ici 2022, ces mesures bénéficieront à 214 000 retraités, dont 67 % de femmes. Selon une reporter de texte du Sénat Cathy Apourceau-Poly (CRCE), 70.000 femmes qui auront réalisé l’ensemble de leur carrière en tant que co-conjoint bénéficieront d’une augmentation mensuelle moyenne de leurs retraites de 100 €.

Le secrétaire d’Etat Laurent Pietraszewski, en charge des retraites, a salué l’adoption de ce texte comme “le reflet du véritable accord républicain en faveur de la revalorisation des retraites agricoles”.

Ce texte limite également le recours au statut de conjoint coopérant à cinq ans. Pour le ministre, il s’agit de “travail sous forme de rémunération, d’encouragement des conjoints ou salariés apparentés”, garant d’une meilleure rémunération sociale.

Droits ouverts à partir de janvier

Le ministre a promis un “déploiement rapide” de la réforme. “Les droits publics seront suffisants pour la période commençant le 1er janvier”, a-t-il assuré. En juin 2020, André Chassaigne avait déjà remporté un vote unanime pour relever la retraite des anciens agriculteurs au niveau le plus bas de 85 % (au lieu de 75 %) du SMIC de 1 035 €.

Selon Laurent Pietraszewski, la “coïncidence accidentelle du calendrier” est que les effets de cette revalorisation, entrée en vigueur le 1er novembre, “ont commencé à apparaître ce matin sur les comptes bancaires des retraités”. “Plus de 200 000 agriculteurs bénéficient d’une augmentation mensuelle moyenne de leur retraite de 102 €”, a-t-il ajouté.

« L’engagement a été tenu ! Nous sommes fiers du travail accompli avec nos députés et du consensus politique qui s’est dégagé pour revaloriser les retraites de nos agriculteurs et de leurs conjoints. Doit pouvoir mener une vie décente du fruit de leur travail, “Tweet le Premier ministre Jean Castex.

La FNSEA a salué certains d’entre eux comme “la première étape décisive”. Dans le cas de la première organisation agricole, « Reste que le combat pour revaloriser les retraites des membres de la famille pour une carrière complète jusqu’à 75 % du SMIC (913 € par mois) se poursuit.