Le dégoût sincère de Macron, Johnson et Marion van Rentergem

Lorsque Boris Johnson est venu voir Emmanuel Macron au Sommet international, aux yeux d’un photographe il a voulu se casser le visage, alors il a sorti son poulain ou avancé sa mâchoire inférieure.Pose un cow-boy pressé vers. Le Premier ministre britannique a fait du clown permanent une tactique de diversion et de visibilité de toute gravité. Au moment de la photo, le président de la France feint de la trouver intéressante. En réalité, les deux hommes se détestent vraiment et ne trouvent pas de terrain d’entente.

Leurs personnalités sont aussi incompatibles que leurs pays se ressemblent, ce qui l’explique en partie. France, Royaume-Uni : Deux anciens empires nostalgiques de l’hégémonie perdue, deux forces militaires et nucléaires, deux sièges au Conseil de sécurité de l’ONU, deux grands diplomates, poids démographiques et PIB par habitant Il manque deux pays voisins, deux arrogance nationale et un sens hors du commun d’égalité en termes de.

Macron, Johnson : La première est ridicule, aussi solennelle et sérieuse qu’il n’y a ni foi ni loi. L’ensemble forme un cocktail inflammable. Jusqu’à présent, la crise de couple entre dirigeants français et britanniques n’aurait pas eu lieu sans un respect mutuel. François Mitterrand respectait Margaret Thatcher comme le Jacques Chirac de Tony Blair, malgré les différences essentielles avec le budget européen et la guerre en Irak. La relation entre Johnson et Macron est une relation de mépris mutuel. Dans l’histoire récente, nous n’avons jamais vu de tels conflits s’accumuler entre ces sœurs ennemies de longue date, la France et la Grande-Bretagne.Différends sur les permis de pêche, différends sur la responsabilité des migrants à travers les voies navigables Alliance des Aukus Un contrat de fourniture de sous-marins a été signé entre l’Australie, les États-Unis et le Royaume-Uni aux frais de la France. Comme on dit dans la Royal Navy, il est mal effacé.

Service limité. 2 mois pour 1 € sans engagement

Brexit, “Alpha et Omega dans la politique de Johnson”

Sans éléphant dans la salle, aucun de ces problèmes ne peut être résolu : le Brexit. Ce gros mot que nous essayons d’éviter est à l’origine de la nouvelle guerre diplomatique entre la Grande-Bretagne et la France. Car les deux dirigeants en ont fait le centre de leur stratégie à l’inverse. Boris Johnson a conquis le pouvoir grâce au Brexit après avoir chevauché une cause et juré que quitter l’Union européenne (UE) était la clé pour reprendre le pouvoir. Il doit donc prouver à tout prix la réussite du Brexit, l’alpha et l’oméga de sa politique. Emmanuel Macron, élu un an après le référendum britannique, a profité du choc qu’il a provoqué pour condamner le nationalisme qui l’a porté et a montré les ambitions de l’Europe pour la France. Il doit donc à tout prix prouver que le Brexit, l’antithèse absolue de sa politique, est un échec.

Les deux sont intéressés à revendiquer la cruauté envers leurs rivaux d’outre-Manche. Macron, pour contrer l’attaque euro-sceptique de son principal ennemi de droite avant la présidentielle, Eric Zemmour a pris les devants. Johnson pour créer un décalage face à la résurrection de Covid et à la corruption qui sévit chez les conservateurs, mais surtout pour faire oublier ses erreurs – insuffisance d’essence, de nourriture ou de travail, Irlande du Nord. Des tensions sont réapparues en Irlande – grâce à ce Brexit, qui il vendait exactement comme une solution miracle à tous les problèmes.

“Comment être un voyou”

Boris Johnson a un plus grand avantage que ses adversaires. Il n’est pas gêné par la morale. Le respect des mots donnés et des traités signés est le moindre souci, même s’il est international. Rien ne change ce qu’il négocie, vérifie et promeut comme une victoire dans l’accord de coopération commerciale entre l’UE et le Royaume-Uni. Il veut supprimer la partie qui le dérange : le protocole irlandais, qui est essentiel à l’édifice.

Application L’Express

Analyse de suivi et décryptage où que vous soyez

Téléchargez l'application

Téléchargez l’application

Tactiques : 1) Ouvrir tous les côtés et, côté pêche, isoler la France qui peine à rallier les Européens. 2) Mordre l’UE sur son talon d’Achille en imposant le non-respect de la loi à cette institution rigoureuse, laborieuse et maladroite dont la naïveté repose entièrement sur le respect de la loi. 3) La bataille avec la France suggère que s’il s’agit d’une attaque contre le droit commun, ce n’est rien de plus qu’un incident ressemblant à un poisson. A court terme, les méthodes frauduleuses sont efficaces. Le problème, c’est d’apprendre à se connaître dans d’autres mondes aussi.


avis

Chronique

Portrait d'Albert Moukheiber, 8 janvier 2020, Paris, France.Par Albert Moukheiber

Chronique

David Babeles

Le groupe de réflexion L’Express

Le dernier réacteur français a été lancé en 2004.Cécile Maisonneuve est Senior Fellow à l’Institut Montagne et Conseillère au Centre Énergie et Climat de l’IFRI.

Chronique

SharmaniAbnoussé Shalmani