Le Japon annonce des plans pour relancer l’économie à 430 milliards d’euros

Ce paquet pandémique sera approuvé par le gouvernement plus tard dans la journée. “De quoi rassurer et redonner espoir aux Japonais« M. Kishida a déclaré à la chaîne de télévision.

Ce stimulus (premier au Japon depuis fin 2020, troisième depuis le début de la pandémie) comprend également des fonds qui étaient affectés à des programmes d’aide précédents mais qui n’étaient pas utilisés auparavant.

“”J’ai pu résumer les mesures économiques de réhabilitation après la pandémie.” ajouta Kishida.

Service limité. 2 mois pour 1 € sans engagement

Outre les aides directes, ce régime comprend également des investissements et des prêts.

Selon M. Kishida, cela représente environ 10 % du PIB du Japon, et cela s’élève à 79 000 milliards de yens (plus de 600 milliards d’euros) y compris les prêts supplémentaires de fonds privés.

-Impact probablement limité-

Le plus spectaculaire est le bonus personnel de 100 000 JPY pour les jeunes de moins de 18 ans et ceux en situation de précarité.

Cependant, l’efficacité de cet outil pour augmenter la consommation est très incertaine. Déjà en 2020, le gouvernement du Japon versait une prime de 100 000 yens à tous les résidents du pays, mais cette dernière servait principalement à l’économiser.

donc, “Ne vous attendez pas à dépenser“La nouvelle prime a mis en garde la société de recherche japonaise Capital Economics dans un récent mémo.

“”C’est un plan énorme, mais son impact sur le PIB semble limité“Aussi, lorsque Hideo Kumano, économiste chez Daiichi Seimei Keizai Kenkyusho, a été interrogé par l’AFP vendredi, on a estimé que les allocations accordées aux enfants seraient plus sensibles à la logique.”Politique“C’est strictement économique.

En raison de l’augmentation rapide du Covid-19 à cette époque, le retour du programme de subventions au tourisme intérieur, qui était suspendu depuis fin 2020, est également prévu début 2022.

Cela devrait soutenir les secteurs de la consommation et de l’hôtellerie-restauration, durement touchés par les pandémies et les restrictions permanentes aux frontières (les touristes étrangers sont toujours bannis du Japon).

Junichi Makino, économiste chez SMBC Nikko Securities, a déclaré que cette partie pourrait être la plus notable en termes d’impact positif sur l’économie.

Une aide financière aux PME en crise est également au menu.

-“A continuéAbenomics“-

Fumio Kishida (PLD, Droits conservateurs), arrivé au pouvoir début octobre et renforcé par le grand succès du parti aux législatives du 31 octobre, a fait de la relance économique l’une de ses priorités majeures. ..

Il a tout de suite dit : “Abenomics« Selon l’ancien Premier ministre Shinzo Abe (2012-2020).

Le PIB du Japon a reculé au troisième trimestre (-0,8% par rapport au deuxième trimestre), blâmant l’impact des variantes Delta et des pénuries d’approvisionnement mondiales sur l’industrie, selon les chiffres préliminaires publiés lundi.

Cependant, une nette reprise est attendue à partir du quatrième trimestre, notamment en lien avec la hausse des taux de vaccination, notamment grâce à l’amélioration très significative de la santé domestique depuis septembre. Plus de 75 % de la population a été vaccinée deux fois. Injection pour le Covid-19.

Malgré la dette publique très élevée du Japon (actuellement 256,9% du PIB selon le Fonds monétaire international), le gouvernement devrait pouvoir emprunter sans problème pour lever des fonds pour la relance.

En effet, la Banque du Japon (BOJ) maintient une politique monétaire ultra accommodante et achète le nombre nécessaire d’obligations d’État pour maintenir les rendements autour de 0%.

M. Kishida prévoit de faire adopter par le Congrès le budget supplémentaire nécessaire au financement du plan d’ici la fin décembre. Ce vote au parlement ne devrait être que formel, étant donné l’écrasante majorité des coalitions au pouvoir.

Application L’Express

Analyse de suivi et décryptage où que vous soyez

Téléchargez l'application

Téléchargez l’application

hih-kh-mac-etb / ras / suis


avis

Chronique

Crédit : LAURA ACQUAVIVAChristoph Donner

Chronique

Robin Rivaton, essayiste, membre du Conseil d'évaluation scientifique de la Fondation pour l'innovation politique (Fondapole).Robin Rivaton

Journal libéral

"Si ce n'est pas faux quand de nombreux économistes prestigieux viennent dire que c'est le bon moment pour emprunter aujourd'hui, ils s'expliquent pour la mauvaise raison."Considérez Alan Madran.Alain Madelin

Chronique

"Au contraire, la diabolisation n'a pas retardé la montée continue des voix du Rassemblement national, devenu le Rassemblement national."Cela me rappelle Abnousse Shalmani.Abnoussé Shalmani