Le leader de l’IATSE avertit les studios de ne pas saisir “l’urgence de la situation” – The Hollywood Reporter

by Oliver Carr | Last Updated: October 13, 2021

Une semaine après le retour de l’Alliance internationale des employés de la scène théâtrale à la table de négociation pour conclure une nouvelle convention de base de trois ans à la suite d’un vote d’autorisation de grève, la directrice générale nationale de la section locale 700, Cathy Repola, a averti mardi que « le rythme des négociations ne reflète pas le l’urgence de la situation.

Dans un e-mail aux membres de la Motion Picture Editors Guild, Repola a écrit : « Les employeurs refusent à plusieurs reprises de faire ce qu’il faut pour parvenir à un accord équitable. Soit ils ne reconnaissent pas ce qui a changé dans notre industrie et parmi nos membres, soit ils s’en moquent. Ou les deux.”

Le journaliste hollywoodien a contacté l’AMPTP pour commentaires.

Le 4 octobre, l’IATSE a annoncé que plus de 98 pour cent des membres du syndicat éligibles ont voté pour autoriser une grève si elle était considérée comme la meilleure ligne de conduite avec les négociations dans l’impasse. Repola a écrit dans son e-mail de mardi : « Vendredi soir, nous vous avons dit ‘des jours, pas des semaines’ et c’est toujours le cas. Il est plus important que jamais de rester en contact et de rester connectés les uns aux autres dans IASolidarity alors que le rythme s’accélère et que nous avançons. »

La situation actuelle fait suite à des mois de négociations infructueuses avec l’Alliance des producteurs de films et de télévision pour créer un nouvel accord de base pour 13 sections locales, dont les plus importantes sont la section locale 600 (International Cinematographers Guild) et la section locale 700. L’accord de base des groupes, zone L’accord sur les normes et l’accord sur les bandes vidéo, qui ont tous expiré, représentent environ 60 000 travailleurs du divertissement.

Le week-end dernier, plusieurs groupes de membres du syndicat se sont réunis pour créer des signes de piquetage, si le président international de l’IATSE, Matthew D. Loeb, appelait à la grève.

Au cours des dernières semaines, le syndicat et ses membres ont mis en évidence des points de friction dans les pourparlers, notamment la mise en place de périodes de repos et de repas adéquates, des taux minimums plus élevés pour certains métiers, plus de compensation pour les projets de streaming et de «nouveaux médias» et le financement de sa retraite et de sa santé. plan.

«Ce combat est mené à travers le pays alors que d’autres syndicats se concentrent également sur des salaires décents, la santé et la sécurité et des conditions de travail humaines. La dignité des travailleurs est au cœur de ce pour quoi nous nous battons tous », lit-on dans l’e-mail de Repola.