Les maghrébins victimes de fortes discriminations dans l’emploi


N.-É.Lorsqu’ils postulent à un emploi, les personnes originaires d’Afrique du Nord, ou celles qui suggèrent que leur identité est originaire d’Afrique du Nord, sont davantage victimes de discrimination à l’emploi. Ces personnes souffrent même de discriminations “très graves” en matière d’emploi, selon une note de l’Institut de politique publique (IPP), publiée mercredi 24 novembre, sur la base d’un récent test à grande échelle. .. En moyenne, ces candidatures sont plus susceptibles d’être contactées par les recruteurs que les candidatures portant un prénom et un nom de France, selon cette étude menée avec l’appui des services statistiques du ministère du Travail, c’est 31,5 % de moins (oser).

Cette enquête est basée sur l’envoi de CV fictifs en réponse à des milliers d’emplois dans des dizaines de transactions différentes (du commis de cuisine à l’ingénieur de production en passant par le contrôleur de gestion). Le succès des candidatures est mesuré par le taux de rappel, le pourcentage de candidatures qui intéresse votre employeur.

Les Nord-Africains doivent envoyer plus de candidatures pour trouver un emploi

D’après celui-ci, pour recevoir le même nombre de réponses positives, les personnes qui semblent être originaires d’Afrique du Nord “ont en moyenne 1,5 fois plus de candidatures que celles qui ont le même profil mais peuvent entendre leur nom et prénom. Doit être envoyée. Elle s’est avéré être “français”. Enquête menée entre décembre 2019 et avril 2021 (interrompue lors du confinement initial).

Lire à nouveau« L’inégalité raciale nous fait perdre de vue l’inégalité de classe.

La discrimination est également décrite comme « plus faible, sans élimination, parmi les employés les plus talentueux ». Par conséquent, la discrimination est environ deux fois plus forte dans les transactions non qualifiées par rapport à ce qui a été observé dans les transactions qualifiées.

En outre, les allégations de discrimination fondée sur l’origine « concernent à la fois les candidats masculins et féminins ». Des recherches confirmant d’autres études antérieures sur la discrimination fondée sur l’origine ont déjà fait l’objet de publications antérieures. Dans l’application « probablement d’origine française », les tests ont montré qu’en moyenne il n’y avait pas de différence de salaire entre les femmes et les hommes.