Les Restos du Coeur lancent leur 37e campagne annuelle


N.-É.es Restos du Coeur a lancé mardi sa 37e campagne annuelle alertant sur la crise sanitaire de la “dégradation de l’instabilité” des plus démunis à une époque où l’aide alimentaire n’était pas si importante en France d’augmenter. L’année dernière, une pandémie de Covid-19 a éclaté et la file d’attente devant le centre de distribution alimentaire s’est allongée. Et la pression n’a pas baissé. L’association, fondée par Coluche, a soutenu 1,2 million de personnes depuis novembre 2020 et distribué 142 millions de repas contre 136 millions de repas l’année précédente. « Sur le terrain, on assiste effectivement à une montée de l’instabilité chez les plus défavorisés, notamment parmi ceux que l’on connaît déjà », constate Patrice, président de l’Agence France-Presse.・ explique Dure.

Selon l’association, l’épidémie non seulement crée de « nouveaux pauvres », mais déprime surtout ceux qui sont déjà affaiblis. Plus de la moitié (53%) des bénéficiaires ont déclaré avoir subi une perte de revenus liée à la crise sanitaire, et 15% ont admis avoir été contraints de pousser la porte du restaurant. “La reproduction de l’instabilité nous concerne plus que jamais”, a poursuivi Patrice Dure, inquiet des difficultés rencontrées par les mères célibataires, notamment les jeunes et les enfants. 40 % des bénéficiaires des restaurants sont des mineurs. “Nous craignons vraiment que la reprise économique suggérée par les indicateurs n’élimine ces populations les plus volatiles.”

“Les compromis sont souvent faits au détriment de la nourriture pour payer les factures.”

A la veille de l’élection présidentielle, le gouvernement vante désormais l’effet de la politique du « coûte que coûte ». C’est-à-dire un soutien aux horaires de travail réduits et une aide extraordinaire versée aux personnes les plus modestes. Outre la baisse du chômage, il s’est félicité de l’estimation provisoire de l’Insee, notamment début novembre. Cela montre que les taux de pauvreté resteront stables en 2020, contrairement à l’explosion redoutée. Selon l’Institut de statistique statistique, cela n’empêche pas que « la crise a exacerbé certaines situations de pauvreté ».

Lire à nouveauPauvreté : « Ce sont des gens qui n’ont jamais pensé qu’ils devaient nous appeler.

Le département associatif revendique ce risque de décrochage des plus démunis. En particulier, « la situation s’aggrave avec la hausse des prix de l’énergie. Il y a souvent des arbitrages au détriment de la nourriture pour payer les factures », rappelle Patrice Dure. La semaine dernière, le Secours Catholique a averti avec des informations selon lesquelles “près de 10 % de la population” devait dépendre de l’aide alimentaire. En 2020, 5 à 7 millions de personnes bénéficieront de cette aide, contre 5,5 millions en 2017. La Fédération des banques alimentaires, qui organise d’importantes activités nationales de collecte de fonds pendant trois jours du 26 au 28 novembre, a également connu une augmentation de 6 % des bénéficiaires en 2020 et continue d’augmenter cette année.

Centre de patrouille de pays

L’isolement des plus instables est encore accentué à travers divers confinements. Pour enrayer ce phénomène, les Restos du Cœur tentent de retrouver tous ceux qui n’osent ou n’ont aucun moyen de se rendre chez eux. Ainsi, l’association a mis en place un centre de patrouille en milieu rural. Nous espérons doubler ce nombre dans les prochains mois pour atteindre ce type de 60 services mobiles. La distribution de nourriture de rue a également augmenté de 25 % au cours des deux dernières années.

Lire à nouveau« Si nous n’étions pas sur terre, ces gens auraient eu faim.

Oeufs, lait, viande… Nous essayons également d’obtenir de nombreux produits en circuit court pour améliorer la qualité des paniers distribués. Pour ce faire, elle souhaite une meilleure gestion du Fonds européen d’aide aux plus démunis, en finançant un quart des repas au restaurant. « Il y a un problème avec les légumes en conserve, notamment les haricots verts, car il n’y a pas de prestataire pour proposer ces produits en réponse aux appels d’offres parrainés par l’Etat », regrette Patrice Dure. Face aux inégalités croissantes, les Français renversent le leader de l’association, “montrant l’extraordinaire générosité dont nous avons encore besoin”. Selon le baromètre Générosités français, 2020 a été caractérisée par un record de dons à l’association. Selon lui, ce débordement de solidarité montre que “la lutte contre l’instabilité est une priorité pour les Français”. “Mais on ne l’a pas assez vu dans divers programmes de candidats à la présidentielle”, déplore-t-il.