Librairie écologique : Origine et horizon du « gaullisme social »


Écoutez cet article dans l’application



Écoutez cet article dans l’application

Histoire du gaullisme social

Par Pierre Manenti.Perrin, 336 pages, 21 euros.

Note expresse : 3/5

Service limité. 2 mois pour 1 € sans engagement

C’est un livre qui sort à point nommé par l’élection présidentielle, et les candidats ne manqueront pas de revendiquer l’intégralité de l’héritage du général de Gaulle avec plus ou moins de légitimité. Et le « gaullisme social » fera sans doute l’objet de certaines envies. Déjà lors de la première intervention télévisée le 3 juillet 2020, le Premier ministre Jean Castex avait revendiqué cette parenté. Trente années de gloire qui ont fait prospérer les Français quand le progrès technologique semblait cohabiter avec le progrès social, et un point d’équilibre entre capitalisme et socialisme, compétition et solidarité.Une vraie formule magique qui fait penser à la nostalgie.

Mais quelle est l’essence du gaullisme social ? Qu’a-t-il vraiment apporté en France ? Et que reste-t-il ? Pierre Manenti, utilisé par les ministres et le parlement et reconnu comme un historien gaulois, répond avec beaucoup de soin à toutes ces questions.

Origine première : Inspiré par le catholicisme social de la formation du général de Gaulle, qui a animé le discours d’Oxford le 25 novembre 1941, mené par la gauche de la résistance londonienne (Pierre Olivier Rapee, Georges Boris) et de la société. détresse sociale du pays au moment de la libération. Mais c’est toujours moins que la doctrine sociale monolithique du gaullisme, et moins que le flux des minorités gaullistes. Les représentants de Gaulle sont bientôt contraints de créer leurs propres organisations pour exister.

1965 : Mort clinique de la Gaule sociale

Le social-gaullisme, surtout depuis les années 1960, a été un gaulliste social royaliste (Jack Baumel, Eve Genna, Christian Poncelet) et un gaulliste de gauche (Jack De Gaulle, Gaulle Cordin…). être perdu par opposition à trop de flux. Les partisans de l’opéraïsme et des traditions sociales et d’une nouvelle orientation anti-européenne et souveraine. Pierre Manenti remonte à 1995 sa mort clinique. Les droits ne sont plus gaullistes, l’opposition gaulliste est au bout du rouleau, et le capitalisme financier à court terme s’impose dans tout le monde occidental. Tous ceux qui ont su entretenir les flammes n’ont pas pu s’en tenir à ou suivre leurs convictions, Philippe Séguin aux avant-postes…

Ainsi, finalement, la gaulle sociale s’est imposée dans les droits français pendant plus d’un demi-siècle comme une affirmation de la tradition humaniste, ouvrière et participative. Un problème important demeure. Était-ce un produit de l’époque, ou existe-t-il encore au XXIe siècle un moyen de définir le point d’équilibre social entre le cortège du progrès et la protection des personnes les plus vulnérables ?


Application L’Express

Analyse et décryptage du suivi où que vous soyez

Téléchargez l'application

Téléchargez l’application

Face à la montée des inégalités sociales et aux extrêmes politiques, Pierre Manenti veut encore y croire, que ce gaullisme social manque terriblement d’incarnation aujourd’hui, et surtout des statistiques de la France. On peut lui opposer à partir du niveau des dépenses publiques, de la fiscalité, de la redistribution.. ce qui limite sérieusement la maniabilité dans un monde bien plus ouvert que les glorieuses années trente…


avis

Chronique

SharmaniAbnoussé Shalmani

Chronique

Christoph Donner, écrivain.Christoph Donner

Chronique

Nicolas Bouzou, économiste et essayiste, est le fondateur et directeur du cabinet de conseil Asterès.Nicolas Buzo

Chronique

Abnoussé Shalmani