L’IGPN enquête sur les arrestations de Mari sans-papiers à Paris

Cette enquête a été réalisée le 17 septembre, jour de l’événement.Violence par des personnes dépositaires de l’autorité publique», a-t-on appris de cette source et confirmé l’information du journal de recherche en ligne Mediapart.

Le même jour, “Violence, rébellion et mépris contre ceux qui détiennent l’autorité publique“Et j’ai été chargé par le poste de police du district 18 d’ajouter une poursuite.

Selon Mediapart, une Mari sans-papiers, Seriba, 30 ans, fête son anniversaire avec un ami dans la cour d’un immeuble parisien lorsqu’elle a été interpellée en pleine nuit.

Service limité. 2 mois pour 1 € sans engagement

Il a été interpellé vers 3h30 du matin, selon la préfecture de police.Ivre par l’équipage du District 18 intervenant pour les perturbateurs devant l’immeuble“.

Dans une séquence de vidéosurveillance diffusée par Mediapart, Seriba et un policier se rencontrent de manière tendue avant d’être renversés et menottés.

Selon les témoignages recueillis par le site d’information, le taser est donné par un policier.

Des sources policières prennent des médicaments avec l’AFP, il prend du protoxyde d’azote et Taser a déclaré : “Deux fois à lui“.

-Testicule taser-

Il a déclaré à Mediapart qu’il avait été goûté à plusieurs reprises lorsqu’il est monté à bord d’une voiture de police et est entré dans le commissariat.Avec des testicules“Et a été battu, ce qui a conduit à son hospitalisation.

Seriba a été examiné par un médecin de l’Unité médico-légale (UMJ), selon un rapport médical publié par un site d’information en ligne et consulté par l’AFP.A été victime de violences policières lors de son interpellation“, Pour avoir”Il a été fixé au sol et frappé au visage et à la poitrine avec une voiture de police.“”

Le médecin lui a accordé une interruption temporaire de travail (ITT) de 45 jours et lui a dit : “fracture possible du radius“, NS”Grave choc psychologique“, NS”Blessure à la tête“Lorsque”Lésions génitales compatibles avec des traces de Taser“.

Cependant, l’accusation a déclaré que l’ITT avait été raccourci à 6 jours lors du deuxième bilan de santé.

Selon son avocat, Me Arié Alimi, il fait également l’objet de propos racistes. Seriva a déposé une plainte auprès de la police le 6 octobre.

“”Encore une fois, il s’agit d’un cas particulièrement préoccupant de violence policière raciste. Cela fait partie du racisme systématique des services de police.La préfecture de police de Paris, l’IGPN et de nombreux policiers ont tenté d’éviter son exposition“, ai-je reproché à Arimi.

Son client a également déclaré devant un tribunal correctionnelUtilisation de drogues illégales” Lorsque “Insultes des pouvoirs publics“Selon le parquet de Paris, les faits datent du 6 octobre. Il comparaîtra le 17 février”, a précisé Me Arimi.

Des images prises par des témoins diffusées par Mediapart montrent des policiers déchaînés dans son sac à plusieurs reprises.

Application L’Express

Analyse et décryptage du suivi où que vous soyez

Téléchargez l'application

Téléchargez l’application

“”La vidéo et le témoignage montrent que son sac était vide et que ce sont les policiers qui ont volontairement introduit la drogue dans le sac après son interpellation.“Je l’ai dit à l’AFP, Arimi.


avis

Chronique

David Babeles

Le groupe de réflexion L’Express

Le dernier réacteur français a été lancé en 2004.Cécile Maisonneuve est Senior Fellow à l’Institut Montagne et Conseillère au Centre Énergie et Climat de l’IFRI.

Chronique

SharmaniAbnoussé Shalmani

Chronique

Christoph Donner, écrivain.Christoph Donner