Ligue 1 : l’OM et Peyer remontent sur le podium après un succès difficile face à Troyes

Personne ne semble mieux que de rester à la maison. Après deux déplacements très chargés, de l’interruption précoce des Jeux Olympiques au Groupe Ama Stadium à la défaite de la course aux 16e de finale de la Ligue Europa (4-2) dans l’ambiance bouillante de Galatasaray, l’OM a retrouvé sa sereine quiétude sur Vélodrome du dimanche soir. Merci de vous calmer car la réception de Troyes s’est déroulée dans une salle fermée alors que nous lancions le projectile sur le PSG (0-0) il y a un mois.

Ce calme qui regagnait Marseille semblait étouffé par leur enceinte vide et n’aurait eu que peu d’avantages (“un tel stade, ça craint”, a fait faire une pause à Alvaro Gonzalez)…. A l’image de ces coups francs de Dimitri Payet (5e, 53e) et de cette passe mal réglée de Konrad de la Fuente pour Arkadiusz Milik (32e) qui tirait vers le but… Faute de précision, l’OM peinait à se créer une occasion nette. Et j’aurais dû attendre la dernière heure pour me débarrasser de la promotion accrocheuse (1-0) et la surmonter.

Une équipe de longs silences comme Vélodrome

Nous avons laissé Peyer de mauvaise humeur dans le domaine de Lyon dimanche et l’avons séché avec la bouteille que nous avons reçue dans nos têtes. On a constaté que La Réunion était toujours volontaire dans une position hybride autour de son 9e, sans crainte de frapper un corner. Payet voulait toucher le plus de ballons possible, mais Payet était sur l’herbe avec Mattéo Guendou, quitte à baisser le sol pour effacer les marques individuelles de son ancien partenaire Adil Rami. Comme c’est souvent le cas, c’est de lui que l’amincissement a été fait pour virer Pol Lirola vers le but sur cette passe lumineuse (1-0, 74e).

J’espérais un résultat satisfaisant si je savais pourquoi mes émotions n’ont pas été révélées lors du match de dimanche soir en League One le week-end dernier. Jusqu’au seul but en fin de match, le seul impact a été au sol (62e) et dans les airs (71e) du face à face avec la victoire de Gauthier Gallon sur Milik.

Marseille, qui n’a plus gagné depuis fin octobre, a eu du mal à retrouver son succès terne mais précieux pour le reste de la saison. Quelques leçons à tirer de cette dernière soirée misérable sur le terrain, sauf que l’OM est sorti en pointe au classement pour rattraper le trio de tête.

Paris est encore loin, mais Rennes n’a que 2 points et Nice a une meilleure différence de buts (+13 contre +9). Comme souvent cette saison, Marseille a finalement réalisé les meilleurs résultats comptables au Vélodrome, quatre succès sur sept. Personne ne semble mieux que de rester à la maison.