Ligue des champions : le FC Barcelone humilié et éliminé à Munich reçoit la colère des médias

Il ne pleuvait pas que les joueurs du FC Barcelone à l’Allianz Arena de Munich ce mercredi soir. Mais tout le ciel. En mauvaise posture avant la dernière journée de la phase de poules, les Catalans attendaient le signe de Dieu, mais il n’est jamais arrivé. Un joueur de Xavi frappé 3-0 par un rouleau compresseur allemand peut baisser la tête et quitter la scène les yeux de mauvaise humeur. Ou riait comme Clément Rengre, impliqué dans un acte de franche amitié avec le bourreau polonais Robert Lewandowski, qui s’est tu mercredi soir.

Cela ne met pas Xavi mal à l’aise. Les autres passent par des playoffs humiliants et, bien sûr, atteignent les huitièmes de finale, ce qui est le cas en Ligue Europa. En souvenir des Catalans, on ne l’avait pas revu depuis la saison 2003-2004 où nous avions échoué en Ligue des champions après une pitoyable sixième place en Liga. Il faut même remonter à la saison 2000-2001 pour retrouver les dernières traces d’une sortie prématurée de la route en phase de poules. À cette époque, les hommes armés s’appelaient AC Milan et Leeds United. Et en Ligue Europa, la chanson a été poussée en demi-finale et éliminée par le futur vainqueur Gerard Weir de Liverpool.

Immédiatement après le dernier coup de sifflet, l’entraîneur espagnol n’a pas caché sa terrible déception. C’est une situation triste et difficile. Je voulais participer à la Ligue des champions, alors essayez de gagner. Mais la réalité montre que nous ne sommes pas à la hauteur. C’est difficile, mais ça l’est. Nous devons faire face à cette réalité. Une nouvelle étape va commencer aujourd’hui. “”

Quand il parle du reste, il veut que Braugrana lève rapidement la tête. L’emplacement de Barcelone n’est pas dans la Ligue Europa. Europa League, j’y ai joué, ce n’est pas la reine des tournois européens, mais il faut y jouer. J’ai dit au joueur : nous allons commencer une nouvelle ère pour retrouver un grand espoir. Je voulais concourir un peu plus. Je me sens responsable en tant qu’entraîneur. C’est aussi un coup dur pour moi aujourd’hui. Je vais essayer de trouver un Barça que je connais au plus vite, mais c’est clair que les choses doivent changer. “”

Bouleversé par cette exclusion apparemment inévitable, le président Joan Laporta appelle à l’unité. “Maintenant, il est plus que jamais temps de ramer ensemble dans le même sens”, a-t-il lancé le patron catalan au micro de TV3. Le joueur a essayé, mais ce n’était pas possible. Nous sommes tristes, mais nous devons aller de l’avant pour inverser cette situation. “”

De plus, après avoir passé 16 jours en Liga et après une série de bévues sportives qui ne méritaient pas la 7e place, il était temps pour Barcelone de prédire les problèmes financiers qui devraient survenir. Cette saison, le club voulait atteindre les quarts de finale pour reconstituer ses fonds. Que se passera-t-il après ce grave échec ?

C’est en tout cas la séquelle d’une gueule de bois pour les coéquipiers de Gerard Piqué qui ont découvert ce jeudi matin leur implacable presse ibérique. “Moins de zéro” affiche Mundo Deportivo. “Triste adieu à la Ligue des champions”, autres quotidiens catalans, sportifs. Pour Marca, c’est certainement une “épave” et comme le titre quand le Barça retourne “en enfer”.

Évidemment, si une mine est exploitée en Catalogne, ce n’est pas du côté de Madrid. Sur le plateau de “El Chillinquito”, la journaliste Juanma Rodriguez, à l’aide d’un télescope, a perdu la recherche de la présence du Barça au 16e de finale et n’a finalement trouvé que le Real Madrid. Une scène délicieuse pour les fans de la Maison Blanche…