Ligue des champions : Lille en 16 tours, Barcelone atterrissant


LIl jouera bien lors de la phase à élimination directe de la Ligue des champions. Le club français a battu Wolfsburg 3-1 ce mercredi 8 décembre. Ainsi, le vainqueur de ce groupe, le LOSC, rejoindra le PSG parmi les équipes qualifiées à ce stade. En revanche, c’est une douche froide du FC Barcelone. Le club catalan, où a débarqué le Bayern Munich, ratera 16 matches de championnat pour la première fois depuis près de 20 ans. Il n’a même plus été éliminé en phase de groupes depuis la saison 2000/2001. Les dernières informations sur le match du soir.

Le Barça de Xavi était en fait un exploit, ou presque destiné, en se rendant au Bayern pour la rencontre finale de la phase de poules. Cependant, les Espagnols ont coulé 3-0 sous la neige à Munich. L’équipe espagnole manquera en février lorsque les grands européens entameront la phase à élimination directe. C’est une situation qui ne s’était pas vue depuis 2003/04 lorsque je n’étais pas qualifié pour la C1.

Braugrana a battu le Dynamo Kyiv (2-0) et a terminé troisième derrière Benfica. Ils sont passés à la Ligue Europa et ont eu peu de confort après un début difficile dans tous les aspects de la saison. Lors du huitième tirage au sort lundi à Nyon (Suisse), le Bayern agira en démon évasif aux côtés du Real Madrid, Liverpool, ou de deux rivaux Manchester, City et United.

Atalanta-Villarreal reporté

Qui prendra le train avec Manchester United ? Est-il garanti de terminer premier avant même un match nul face aux Young Boys à Berne ? La réponse est inconnue jusqu’à jeudi, car le match entre les rivaux du groupe F, l’Atalanta et Villarreal, a été reporté à mercredi en raison de fortes chutes de neige à Bergame. Les Italiens visent à atteindre les 16 tours pendant trois saisons consécutives, et les Espagnols, emmenés par Unai Emery, rêvent de la première qualification depuis la saison 2008/09.

Lire à nouveauLigue des champions : Messi et Mbappe s’entendent avec le PSG

Lors d’autres rencontres, les Diables rouges prenaient leur envol en Suisse grâce à Mason Greenwood (9e), malgré un changement majeur dans la forme de l’équipe. Le nouvel entraîneur Ralf Rangnick a décidé de mettre au repos des cadres tels que David de Gia, Harry Maguire, Bruno Fernandes et Cristiano Ronaldo. Les Young Boys ont rattrapé l’égalité peu de temps avant de percer le Fabian Rieder, ce qui n’a pas suffi pour que les Suisses s’attendent à autre chose que la quatrième place.

Lille, grand gagnant

Dans le froid de Wolfsburg, Lille n’a pas tremblé avec le “loup” allemand et a croqué 3-1. Mais dans ce groupe D indécis, il leur a pesé lourdement jusqu’au dernier jour où toutes les équipes pouvaient encore prétendre à leurs qualifications. Six mois après avoir remporté le titre inattendu de Ligue française, le LOSC se classe pour la deuxième fois de son histoire dans le Top 16 européen, 15 ans après une légère défaite contre Manchester United (0-1, 0-1). 2006/07 version 16.

Burak Yılmaz (11e), Jonathan David (72e) et Angel Gomes (78e) ont permis à la France d’avoir un deuxième représentant en C1 au printemps. C’est une performance rare au cours de la dernière décennie.

L’Autrichien de Salzbourg a battu Séville 1-0 avant de passer pour la première fois en Ligue Europa au 16e tour. Les Espagnols ont l’habitude de remporter cette “petite” Coupe d’Europe à six reprises (2006, 2007, 2014, 2015, 2016, 2020).

Juventus Turin Pas Chelsea

Enthousiasmé par le Zénith de Saint-Pétersbourg (3-3), Chelsea a été le premier à se faire renverser par la Juventus Turin dans le groupe H et a remporté la rencontre face à Malme (1-0). Le champion d’Europe d’Angleterre a quitté la Russie avec la gueule de bois et a été surpris par la noble reprise de Magomedo Ozdoyev à la 94e minute. Les supporters de la Juventus, à 3 000 kilomètres de là, ont explosé de joie en annonçant les résultats.

Le seul but de Moïse Kean en première période a suffi à leur bonheur. Les Italiens terminent la phase de groupes avec 15 points, 2 points de plus que Chelsea. De leur côté, l’équipe de West London peut s’échapper au dernier moment après avoir vu la première place, synonyme de loterie plus abordable. Buteur après 82 secondes (2e, 1-0), Timo Werner pensait néanmoins que Bruce (85e, 3-2) offrirait un avantage décisif…