Livres à ne pas manquer : Ian Manook, Marc Salbert, Elsa Fottorino


Écoutez cet article dans l’application


Écoutez cet article dans l’application

En Islande !

Ian Manu Ku

Paulsen, 288 pages, 21 euros.

Service limité. 2 mois pour 1 € sans engagement

L’Express Note : 4/5

Ian Manu Ku Yeruldelgger, Un roman policier terrifiant dans les steppes mongoles. À la fin de 2021, il s’est avéré avoir des livres avec des titres mi-aventure, mi-histoire et presque également dissonants. En Islande ! Levez le voile d’une partie moins connue de notre histoire. En 1904, nous avons un hôpital dans le port de Fauskrúdfjordur en Islande, qui soigne 5 000 marins bretons (notamment Paimpolais). Leur famille. Cependant, cette année-là, la république se prétend laïque et décide de reprendre le contrôle de l’hôpital à la religieuse qui en est responsable.

Écrit par Ian Manu Ku, cette petite terre aride est liée au destin de deux marins, une religieuse, une infirmière et un jeune instituteur. Sans perdre son écriture naïve-la première scène de pêche est spectaculaire-sans abandonner le romantisme-l’amour n’est jamais loin-l’auteur est un moment de gloire de notre histoire et dès le début du 20ème siècle un siècle confronté aux terribles conditions de vie des pêcheurs. Il a également eu l’occasion d’aborder des sujets dont on parle encore : exploitation à outrance des ressources naturelles, destruction de l’invasion européenne des modes de vie des peuples autochtones, conflit avec la science sacrée. En Islande ! , Nous aimons, voyageons et apprenons. Tout le plaisir de lire en moins de 300 pages ! Agnès Loran

En Islande, Paulsen par Ian Manook Editions

En Islande, Paulsen par Ian Manook Editions

@ Paulsen

Semper Palatus

Marc Salbert

Le Dilettante, 255 pages, 18 euros.

L’Express Note : 3/5

Chic, une grande histoire d’amour, autre chose que Gunnan ! Semper Palatus (“Toujours prêt”) emprunte son titre à la devise du veilleur, en l’occurrence le sémaphore de la presqu’île de Crozon (Finistère), où Alexandre Cubilier, 28 ans, vient de prendre ses fonctions. A l’observatoire, je suis aussi à la recherche d’une femme qui s’enfonce dans un rouleau de l’Atlantique par sept degrés d’eau par une journée venteuse de février. C’est lui qui faillit se noyer et c’est elle qui lui sauve la vie qui décide de l’aider. Sa Matilde Serboni, 39 ans, n’en veut plus, alors sa tentative de suicide. Coupable depuis la mort de son mari et de son fils dans un accident d’avion, la femme vit comme un repaire dans la petite maison en pierre typique de la région, Penti.

Mais sa “beauté écrasante” renverse Alexandre, qui a décidé de la fasciner, malgré “vous ne pouvez rien attendre de moi”, qui lui était opposé par la féroce Matilde- Néanmoins, il n’est pas insensible au charme d’un charmant jeune homme. Il y a aussi le cœur brisé, mais mine de rien… Si les conséquences de leur improbable romanesque sont en suspens, Mark Salver est un sauveteur difficile dans cette Bretagne sauvage, surtout en mer, comme il en a l’habitude. de travail. Devil’s Romanesque, un style classique très fluide, Semper Palatus Contrairement à la fiction antérieure de l’écrivain, plus fantastique, elle nous donne un contenu émotionnel et sensoriel sans incorporer la danse d’un personnage secondaire aimant. Delphine Peras

Parle doucement

Par Elsa Fottrino.

Mercure de France, 160 pages, 15 euros

L’Express Note : 3/5

Elsa Fottrino n’a peut-être pas écrit Parle doucement Sa fiction la plus intime si elle n’avait pas reçu d’appel d’un inconnu le 22 mars 2019.Jusque-là, critique musical et rédacteur en chef de 36 ans pianiste, Tout en conservant son “Daddy Girl’s Deceptive Air”, il a signé trois romans modianesques médiatisés. En l’occurrence, il s’agit du célèbre journaliste et écrivain Eric Fottorino. Mais il y a cette plainte. L’inconnue, comme les 11 autres victimes, s’est avérée être le lieutenant Repic, qui l’a convoquée au tribunal d’Asize de Pontoise. victime? Ce statut le met très mal à l’aise, comme les mots « viol » et « sans nom ». Pourtant, il doit le dire maintenant.

Application L’Express

Analyse et décryptage du suivi où que vous soyez

Téléchargez l'application

Téléchargez l’application

La mère de la fille, la narratrice, est sur le point d’accoucher, elle n’assiste donc pas au procès, mais se rend au poste de police en citoyenne consciencieuse. Elle l’a fait de nombreuses fois depuis 14 ans depuis qu’elle a rencontré le diable dans la forêt de Saint-Germain-en-Laye. Elle a parlé à la police et à d’autres psychocriminologues à vélo, sur un ton presque distant, sans émotions évidentes, et une rencontre avec un homme portant des gourmettes et des chaussures à larges crans. . … à mesure que le procès approchait, les émotions devenaient plus vives (“Je ne suis jamais revenu de cette forêt”, “J’ai toujours peur”), et à sa grande surprise, au moment du verdict Relief (“essentiellement un dingue de moins “), renforcée par l’écriture de ce roman aussi subtil qu’éclairé. Marianne Payo

Conversation tranquille par Elsa Fottorino (Mercure de France)

Conversation tranquille par Elsa Fottorino (Mercure de France)

@ Mercure français


Agnès Loran, Delphine Peras, Marianne Payo


avis

Chronique

SharmaniAbnoussé Shalmani

Chronique

Christoph Donner, écrivain.Christoph Donner

Chronique

Nicolas Bouzou, économiste et essayiste, est le fondateur et directeur du cabinet de conseil Asterès.Nicolas Buzo

Chronique

Abnoussé Shalmani