L’OL-OM arrêté : décision, inblogrio géant

Le patron de l’OL Jean-Michel Auras n’a pas du tout apprécié dans le processus de décision de rattrapage que l’arrêt définitif des JO après une pause de près de deux heures soit accepté par les dirigeants des deux clubs. La décision de reprendre le match a été prise après une réunion de près d’une heure devant le gouverneur local. Je demandais de reprendre le jeu au stade. La réaction de Marseille a été très vive. L’arbitre a pensé que la décision devait être modifiée sans le dire à personne. « Entre les lignes, le patron de l’OL reproche à Marseille de ne pas vouloir relancer le match.

Une version avec laquelle Pablo Longoria n’est pas d’accord. Le président de l’OM a tenu à plusieurs reprises la responsabilité de l’arbitre du match Ruddy Buquet sans exprimer explicitement la volonté du club. « Au cours de cette nuit noire, nous avons toujours dit que nous respecterions la décision de l’arbitre. Il était clair pour lui qu’il quitterait le terrain dès le premier instant. Si le joueur frappe, le match reprendrait normalement. Impossible. »”

Suite à ces deux propos des patrons lyonnais et marseillais, le gouverneur de la région Auvergne-Rhône-Alpes a tenu à donner son avis dans un texte publié sur les réseaux sociaux. Plusieurs lignes remettant en cause la communication de la ligue professionnelle de football : « Après l’affaire, une réunion de crise a été organisée en présence de l’arbitre, du gouverneur, du procureur adjoint, de la DDSP, et des présidents des deux clubs. Décide de reprendre la rencontre.

Près d’une heure plus tard, la LFP a rejeté le communiqué de presse et l’a diffusé, affirmant que la décision de prendre le relais venait du gouverneur du Rhône. NS. Cette décision a été prise par l’arbitre en présence des autorités et du président du club. L’arbitre a ensuite invité les autorités et le président du club dans les vestiaires et a déclaré qu’il avait changé d’avis et annulé le match. “”

Au milieu de cet inblogrio, Jean-Michel Auras a présenté les excuses de l’Olympique Lyonnais à Dimitri Payet en déclarant : Il a été choqué, pas de commotion cérébrale. J’espère que ça ira mieux et plus tôt. “Pablo Longoria a montré plus de compassion pour son meneur de jeu.” Quand je suis entré dans les vestiaires, il avait des glaçons sur la tête. Dimitri est influencé psychologiquement. Il faut redécouvrir le plaisir du football et ne pas revivre ce genre de soirée. “

“Ces actions ne peuvent pas être généralisées.”

Les deux dirigeants s’accordent sur la nécessité absolue de sortir de cette crise, où le football français est en proie à sa position. “Il est temps de se poser des questions et d’ouvrir une période de remords”, explique Pablo Longoria. Nous avons un championnat solide et nous sommes en plein essor. Comment sortir de cette dynamique dangereuse ? “Jean Michel Auras a l’air un peu désabusé avec lui.” Il y a beaucoup de monde incontrôlable sur la voie publique. C’est probablement une bouteille d’eau qui va nous permettre de comprendre que nous devons encore prendre une décision. Mais à ce stade, le stade était si sûr que je ne sais pas lequel. “”

D’ailleurs, pour le président lyonnais, cet “acte isolé” n’a rien à voir avec l’incident entre Nice et Marseille en début de saison. “A Nice, comme à l’objectif, il y a eu une intrusion dans le sol. Ici, c’était un acte individuel incontrôlable qui a été immédiatement remis en cause. Ces actes ne sont pas généralisables.”