Macron vérifie le maire, Taubila se prépare, Le Pen s’offusque après la réunion de Zemmour…

Que serait l’élection présidentielle sans les explosions, les coups ringards, les coups tordus, et les sales coups… ? Comme le dit Edouard Philippe, les services politiques de L’Express sont grâce à un rendez-vous organisé sur le site tous les jeudis car “il faut le faire sérieusement, pas le prendre au sérieux”. Nous vous proposons de vous plonger dans les coulisses de l’année présidentielle de cette année.

Maire face à Zemmour : c’est Macron qui a vérifié

L’argument avec Eric Zemmour est d’assurer la gloire de son média de 15 minutes (et au-delà). Plusieurs ministres, dont le porte-parole du gouvernement Gabriel Atal et le ministre de l’Intérieur Gérald Dermanin, étaient à l’antenne ce jeudi soir sur France 2. Mais certains l’ont voulu plus que tout en demandant à Emmanuel Macron de confirmer son existence. Il s’agit de Bruno Le Maire, ministre de l’Économie. Les stratégies ne font pas l’unanimité parmi les proches du président. “Personne ne détruit Zemmour dans la discussion. J’ai dû envoyer un deuxième couteau”, regrette-t-il.

La littérature anti-Macron des proches de Ricœur

Les tensions d’Emmanuel Macron seront encore plus fortes. Il porte une attention particulière aux déclarations et écrits des intellectuels qui ont travaillé avec Paul Ricœur, et le remercie de l’avoir découvert le 19 janvier. Emmanuel Macron obsolète, Un essai écrit par un ancien patron‘esprit Olivier Montjan et Lucille Schmidt, membres du comité de rédaction de la revue. Critique du macronisme et de son protagoniste, le livre revendique une verticalité excessive depuis cinq ans et met en garde dès le début : Le président n’a pas entamé une nouvelle ère politique en termes de vie politique. […] Il n’est pas le sauveur du nouveau monde hexagonal, il ne traverse ni la mer ni le désert, c’est un personnage inattendu qui organise les funérailles d’un vieillard enthousiaste et embarrassant. Cela le rendra forcément intolérable à beaucoup ! ”

Service limité. 2 mois pour 1 € sans engagement

Dès que la personne abattue a le temps de respirer, un autre livre écrit par l’ancien professeur François Dosse devrait analyser le décalage entre la philosophie de Ricouria et la politique de Macronia. Qualifié Macron ou illusion perdue.Les larmes de Paul Ricoeur (Édition Le Passeur), ce livre paraîtra en mars 2022, à un mois de l’élection présidentielle. Un beau cadeau.

Date de déclaration du président et de lui-même : avis d’un ami

Emmanuel Macron est revenu sur le scénario de se proclamer candidat à sa succession au début de l’année prochaine après la présence du président français de l’Union européenne au Parlement à Strasbourg le 19 janvier. “Surtout, quand on pense à une rencontre, il faut connaître trois personnes. Pour rester flexible, ai-je chuchoté à un ami il y a quelques jours. Quoi de pire que la candidature annoncée précédemment. Il n’y en a pas.”

Plateforme pour revendiquer Taubila

Melenchon, Jadot, Hidalgo, Montebourg… Christiane Taubila les reçoit tous au téléphone depuis deux semaines. Officiellement, elle les a enquêtés sur leurs réservations pour la primaire populaire. Si les deux premiers ne montraient pas d’enthousiasme, seuls les socialistes et les candidats de la “Remountada” ne fermeraient pas la porte. Mieux encore, elle les a persuadés de s’y soumettre. Et dites-leur qu’elle ne “s’abstiendra jamais de participer”.

“La porte de sortie d’Anne Hidalgo est majuscule : Christiane Taubila”, ont tweeté les socialistes, convaincus que la maire de Paris a déjà “accepté la défaite”. En attendant, l’ancien ministre de la Justice se prépare. Une plateforme a été mise en place pour le solliciter solennellement pour concourir. Officiellement, elle n’en est pas l’auteur, mais elle “regarde régulièrement les préparatifs du brouillon”, souriant au leader de gauche, qui lui a parlé en début de semaine.

La primaire populaire exaspère les écologistes

Ils en rient encore, mais depuis combien de temps ? Les écologistes sont “malades” près de la primaire populaire et de ses partisans Jadot, qui ont exhorté Melenchon, Jadot, etc. à se retrouver pendant des mois après avoir voté pour désigner le champion de gauche. Julian Bayeux sera presque frustrant. “C’est une fausse bonne idée, ils le sont. La voie du ralliement n’est possible que si vous avez le même projet, et ce n’est pas le cas”, explique le patron des Verts. Et pour ridiculiser le porte-parole de la « pop primaire » rêvant du retour de Taubila, « je peux aussi organiser un concert de rock en annonçant les Doors et les Beatles comme « cibles de participation ». ”

Matignon s’attaque au pouvoir d’achat des Français

Une énigme intéressante pour le Premier ministre : Comment conserver le pouvoir d’achat des Français en 2022 ? Premièrement, nous respecterons la promesse du premier ministre de freiner la hausse des prix de l’électricité pour les ménages en 2022. Jean Castex avait alors promis de limiter la hausse des tarifs réglementaires à un maximum de 4%, mais les experts s’attendaient à une augmentation de 12%. Au tarif de l’électricité. La promesse que les coûts initiaux programmés dans le budget (6 milliards d’euros) sont susceptibles de voler n’est pas tenue, mais parce que les prix de l’électricité sur le marché de gros continuent d’augmenter légèrement. Mais pour Jean Castex, pas de doute sur l’abandon de son bouclier tarifaire. Devrait coûter entre 8 et 10 milliards d’euros..

Pour y parvenir, le gouvernement a d’abord annoncé son intention de prévoir une taxe sur l’électricité (TICFE). Pas assez, mais on croit désormais en Matignon qui se penche sur la voie proposée par la CRE (Commission de Régulation) : Relever le seuil de l’ARENH, c’est-à-dire donner à EDF jusqu’à 100 TWh de nucléaire. fournisseurs à des prix super compétitifs. Alors que la demande des fournisseurs alternatifs approche les 160 TWH, le relèvement du seuil d’Allenh peut contribuer à freiner les hausses de prix. Reste à persuader Bruxelles d’accepter cette violation des règles de la concurrence… D’autres solutions pour restaurer le pouvoir d’achat des ménages sont : Augmenter le pourcentage de Libre A en début d’année (Actuellement réglé à 0,5 %). Ceci est également défini par une formule qui inclut le taux d’inflation de la rémunération de Libre A. Mais la décision finale (les banques peuvent coûter au moins 500 millions d’euros) appartient au gouvernement. Pour autant, Matignon ne cache pas sa préférence pour l’application intégrale de la formule envisagée. C’est synonyme du soutien financier de 50 millions de détenteurs de livrets réglementés français.

Face à Zemmour, Le Pen refuse de lutter contre les chiffres

La foule à la Bill Punt Conference, où Eric Zemmour a réuni plus de 10.000 personnes dimanche 5 décembre, a suscité la jalousie parmi les cadres de l’Union nationale. Et le courroux de Marine Le Pen, une colère privée que l’on accorde une grande importance à cette grande messe. « Saviez-vous combien de fois la vidéo d’ouverture de compte de TikTok a été jouée, en vous reposant le cul dans le hall de l’hôtel devant un palmier en plastique ?! Joué 5 millions 600 000 fois ! Alors arrêtez-vous à ce nombre ! » Pour le candidat à la présidentielle, ce n’est pas l’échelle qui compte.

La déception d’Eric Chiotti

Il est une révélation du Congrès LR. Eric Ciotti a acquis un nouveau statut grâce à ses qualifications au second tour de la primaire. A 40 % de cela, le député fera partie intégrante de la campagne de Valérie Peclesse. Cependant, les responsables du parti ont estimé au siège du parti qu’il était “déçu” le jour de l’annonce. “Il pensait qu’il faisait plus de 40 %, il était impliqué dans le jeu”, a déclaré l’élu. La veille, Eric Ciotti s’entretenait au téléphone avec une autre hiérarchie LR. Il lui a dit qu’il voulait remporter 47 % des voix.

Jordan Valdera se verra au Congrès

Application L’Express

Analyse de suivi et décryptage où que vous soyez

Téléchargez l'application

Téléchargez l’application

Le Rassemblement national et le président de l’eurodéputé envisagent sérieusement de porter de nouvelles tenues. Députez-le. Jordan Valdera avoue qu’il « envisage » cette possibilité alors que le RN investit progressivement des candidats pour les prochaines législatives. Certains membres ont fait l’objet d’enquêtes, mais pas autour de Paris. La dure expérience des élections locales a laissé un goût amer aux jeunes députés européens, et j’étais convaincu que l’Ile de France n’était pas encore un territoire ami pour le Rassemblement national.


avis

Chronique

Christoph Donner.Christoph Donner

Journal libéral

"La croissance n'est pas offensante pour ses détracteurs, mais un baromètre de la vitalité et de l'humeur nationales."Considérez Alan Madran.Alain Madelin

Chronique

Un regard sur l'actualité de l'écrivain Christoph Donner.Christoph Donner

Journal libéral

"Un nuage de colère sociale se construit à l'horizon. Nous devons donc agir à la fois pour la France pauvre exclue du travail et pour les travailleurs pauvres qui sont désormais inquiets et étranglés."Alain Madelin