“Maison commune” : Edouard Phillippe juge le projet “pas très clair”.

Enfin, les choses bougent ! Ce mercredi soir, l’architecte Richard Ferrand, qui avait pour mission d’aménager une copropriété d’Emmanuel Macron pour fédérer le parti majoritaire, a franchi une nouvelle étape à l’hôtel de Lassay. La rencontre animée par le Président du Parlement fait suite à la rencontre qui s’est tenue à l’Elysée fin septembre, centrée sur le chef de l’Etat. Le même design, pas le même hôte, même si la liste des invités est plus concise : une république en marche plantant une « grande tente bédouine » (exprimée par les membres concernés du gouvernement) sous la feuille d’or de la république et les faisant asseoir. , nouveau venu dans le parti fondé par les dirigeants du Mouvement démocrate, Aguil, et Edouard Philippe.

En plus des appels téléphoniques, des discussions et des négociations d’arrière-cour, rien ne vaut la chaleur des symboles et la proximité. Surtout quand l’agenda est très opérationnel et précis. Selon les participants d’agape, elle est placée sous le signe du triptyque « Organisation-Gouvernance-Secte ». Autrement dit, il vise à faire avancer la législation, la Charte des valeurs, les organigrammes et le choix des futurs noms de ce grand groupe. Alors que le temps presse, François Bayle est d’accord avec Ferrand et promet que l’opération sera arrêtée d’ici la fin de l’année !

Certains articles nécessitent notamment un réchauffage. Même les câlins. Edouard Philippe n’est pas prêt à emmener sa fête Horizons, créée le 9 octobre dernier, chez ses colocataires, loin de la maison, pas la plus grande partie du jardin. Selon son entourage, l’ancien Premier ministre souhaite en savoir plus sur cette fameuse “maison commune”, à la fois la forme qu’elle prend et l’essence de l’idée. “Avant de dire pour ou contre, il veut d’abord savoir ce qu’il y a”, souffle le souffle intime du maire du Havre. Gilles Boyer, eurodéputé du renouveau du groupe et acolyte de longue date d’Édouard Philippe, confirme sur un ton un peu plus diplomatique. Président, jure-t-il. Curiosité, Cela signifie également que jusqu’à présent, comment organiser tout cela n’est pas très clair pour nous. ”

Service limité. 2 mois pour 1 € sans engagement

Le premier problème, Foam, a déjà causé un jeu d’enfant entre Edouard Philippe et François Bayle. Loin d’être les meilleurs amis du monde, les deux conseillers municipaux se livrent une lutte acharnée d’influence. Le second a peur de la première attaque. A terme, la succession d’Emmanuel Macron en 2027 (s’il est réélu dans les 5 mois). “Il y a deux visions d’une maison commune qu’il faut concilier : une version Baileu très réduite et très intégrée et une version Philip très souple et très bandeau”, expliquait la République en mars. Toutes deux expliquent que les gens multiplient leurs contacts. Autrement dit, le maire de Poe veut consolider l’emplacement du modem en tant que parti central dans la majorité. Elle de Luable garantit l’autonomie de l’Horizon et, de même, l’autonomie de son propre cours politique. La réunion clôturera-t-elle le débat ? Il n’y a rien de sûr. “Mais je pense que c’est vraiment bien pour nous de s’en sortir”, a glissé l’invité.

Par valeurs communes, orientation politique, définition du ciment pour solidifier les fondations d’une maison, le brouillard n’est pas très épais. Le représentant général de LREM Stanislas Gerini peut répéter à tous ses interlocuteurs qu’il souhaite voir naître une organisation qui soit avant tout ” la densité, le contenu ” et ” pas un simple nom “. Jusqu’à présent, l’arrière-plan de l’idéologie n’est pas vraiment apparu. .. C’est un cadeau qui irrite les membres éminents du comité exécutif du mouvement présidentiel. etc.. Tout d’abord, le bas ! Tout d’abord, la question principale : à quoi avons-nous affaire ? Que priorisez-vous ? Alignez-vous clairement ! ”

Et… et… et avec La République en marche et le modem, j’ai définitivement oublié une des choses les plus importantes à savoir sur Edouard Philippe. Le ministre, qui le connaît bien, se souvient : Sensible et indignation. Peut-être auraient-ils dû faire ignorer par les médias à l’ancien locataire de Matignon que cette réunion de lancement de la “maison commune” était attendue le 28 novembre. Soit son anniversaire. Vous ne pouvez pas vous rattraper. De plus, des dirigeants modernes, dont le ministre, ont reçu un courrier électronique indiquant qu’ils avaient eu une réunion de vérification la veille… selon ses proches, l’ancien Premier ministre a à peine apprécié la nouvelle. C’était si court que je ne pouvais pas lui donner l’impression qu’il avait renforcé le dialogue et la confiance en soi avec la majorité de ses pairs. « La première chose à faire quand tout le monde veut être autour de la table, c’est de s’assurer que tout le monde puisse y assister exactement à ce moment-là. Si on fait de même, on en sera blâmé. Probablement… », crie Gills Boyer.

Application L’Express

Analyse de suivi et décryptage où que vous soyez

Téléchargez l'application

Téléchargez l’application

Le moment de vérité viendra bientôt de toute façon. De nombreux Panthers qui composent Macroney peuvent dire en quelques semaines ou jours s’ils ont gagné le grand jeu « Voulez-vous rejoindre ? Souhaitez-vous rejoindre ?”. Ils occupent au moins autant que les médias. Étonnamment, les pires ennemis d’Edouard Philippe ont sans doute coché la même case quatre ans plus tard, comme les ennemis proches de l’ancien Premier ministre alignés derrière lui : Non. “Le truc dramatique, c’est d’aider Edouard à gagner en 2022, mais je suis sûr qu’il ne fera pas partie de cette maison commune”, a déclaré un macroniste d’origine socialiste. Se plaint et garde un sacré mauvais souvenir du passage de Le. Du Havrais à Matignon. Autre sentiment, même réaction : “Edward est très susceptible d’être au bord de la frontière de la majorité, mais je ne pense pas qu’il l’acceptera”, explique le ministre de la bonne classe. C’est à Richard Ferrand de bloquer la prédiction. C’est peut-être le soir pour persuader Edouard Philippe, et ce n’est peut-être jamais convaincant.


avis

Chronique

Nicolas Buzou (P. CHAGNON / COCKTAIL SANTÉ)Nicolas Buzo

Chronique

Portrait d'Albert Moukheiber, 8 janvier 2020, Paris, France.Par Albert Moukheiber

Chronique

David Babeles

Le groupe de réflexion L’Express

Le dernier réacteur français a été lancé en 2004.Cécile Maisonneuve est Senior Fellow de l’Institut Montaigne et Conseillère au Centre Énergie et Climat de l’IFRI.