Mali : « Un calendrier électoral acceptable » réclamé par le chef de l’ONU


“MoiIl est impératif que le gouvernement du Mali présente un calendrier acceptable dans une perspective électorale », a déclaré le chef de l’ONU lors d’une rencontre avec des journalistes. “Je veux entrer en contact avec le gouvernement malien rapidement”, a-t-il déclaré. « Si un calendrier acceptable est présenté et que le gouvernement va dans ce sens, les sanctions (fermeture des frontières, mesures économiques et financières) par la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) seront progressivement levées », a déclaré Antonio. Guterres. “Je travaille avec la CEDEAO et l’Union africaine pour créer les conditions qui permettront au gouvernement malien d’adopter une position rationnelle et acceptable pour accélérer la transition déjà longue”, a-t-il déclaré. Cela “permet le rétablissement de la normalité dans les relations entre le pays et la communauté internationale, notamment la CEDEAO”, a-t-il estimé.

Lire à nouveauMali : Que diriez-vous d’un vol militaire entre la France et l’ONU ?

Données actuelles

Après le deuxième coup d’État de mai 2021, le gouvernement militaire malien a cessé de planifier des élections le 27 février. En effet, nous promettons et anticipons une transition qui peut durer jusqu’à cinq ans. Cette position a été largement critiquée par la communauté internationale. Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a déclaré mercredi dans une interview à l’AFP qu’il soutiendrait l’initiative de l’Union européenne d’imposer des sanctions au Mali.

Lire à nouveauMali: la Russie et la Chine bloquent à l’ONU les textes en faveur des sanctions de la CEDEAO

La France, qui réorganise son dispositif au Mali, compte encore des milliers de militaires combattant les djihadistes au Sahel. Si Emanuela Del Re, l’envoyée de l’Union européenne au Sahel, s’est également prononcée jeudi en faveur de sanctions européennes, elle a appelé le Mali à rester “en cercle, pas isolé”. “La position de l’Union européenne est cohérente et nous devons faire preuve de fermeté en exigeant une réponse concrète et acceptable des autorités maliennes”, a-t-elle déclaré lors d’une réunion à Washington. “Nous devons maintenir un dialogue ouvert et vivant et faire en sorte que les autorités intérimaires respectent leur engagement”, a-t-elle ajouté. Dans ce cadre, la Russie a “compris” la difficulté d’organiser des élections dans des États où les autorités et les groupes armés maliens se multiplient.

Lire à nouveauSanctions de la CEDEAO contre le Mali : inquiétudes d’Alger