Manchester City-PSG (2-1) : “Les équipes parisiennes défendent de manière bancale”, souligne Didier Domi.

Le PSG n’y échappera pas en s’avouant autant d’opportunités. C’est un constat fait par l’ancien défenseur du club Didier Domi ce mercredi soir après sa défaite face à Manchester City (2-1) en Ligue des champions.

J’ai l’impression que le PSG n’avait pas de solution à Manchester City. Souhaitez-vous partager ce constat ?

Didier Domy. Il y a toujours moyen de gagner. Ils ont marqué les premiers… mais la ville mérite sa victoire. C’est difficile pour le PSG car le joueur ne défend jamais à fond. Tactiquement, l’anglais a su profiter pleinement des faiblesses du PSG. On l’a vu sur le côté : tête-à-tête, croisement… la première occasion parisienne n’arrive qu’à la 27 minutes je crois. C’était à sens unique.

L’action défensive de l’attaquant (Mbappé-Neymar-Messi) est-elle responsable ?

C’est un problème. Nous devons toujours avoir quelque chose qui atteint la ligne médiane. Si vous n’en protégez que 3 sur la largeur, c’est trop difficile. Trop souvent, ils ont trouvé une situation de domination. Mahrez a été trouvé de l’autre côté, et il s’est risqué pendant son temps libre. Avec moyen à trois, vous avez besoin de beaucoup de poumons. Guardiola le savait avant le match.

Était-ce encore plus difficile sans Verratti ?

Sortir le ballon est une autre façon de se protéger. Il vous permet de respirer pour représenter un danger. Pendant ce temps là, nous étions coincés à jamais. L’objectif de Mbappe est de pouvoir relayer. C’était le premier vrai coup. Marco peut sortir le ballon lui-même. Et il y avait trop de problèmes au milieu. Il faut jouer avec ses qualités et savoir s’adapter.

De quoi Pochettino est-il responsable dans tout cela ?

Si vous êtes blessé, vous ne pourrez pas retirer le ballon de la même manière. C’est évident. L’équipe défend de manière déséquilibrée et vacillante. Nous reconnaissons trop d’opportunités et de situations. C’est trop facile pour l’ennemi de nous pénétrer. C’est mon travail principal. On est déjà dans les 20 derniers mètres quand Mahrez récupère le ballon. La première caractéristique d’une grande équipe est de récupérer activement le ballon. Vous avez toujours besoin de 8 à 9 joueurs en bloc. Nous étions à jamais dépassés en nombre.

Comment analysez-vous le match de Kylian Mbappe ?

Le PSG voulait voir un peu plus d’enchaînement pour exclure le match, mais la vitesse est du côté de Mbappé. L’opportunité de but est sublime. Vous devriez toujours mettre votre meilleur joueur au milieu. Sans eux, l’attaquant devrait gagner pour trouver 3 à 2 au milieu. Et retrouvez l’explosivité dans les 30 ou 40 derniers mètres. Nuno Mendes l’a fait un peu, mais on aurait dû le voir plus souvent.